Conso : 6 clés pour dépenser moins au supermarché


Comment diviser par deux vos dépenses à la caisse de votre grande surface ? En déjouant les pièges du marketing !


1. Shopper seule et rassasiée
Programmer de faire vos courses après un repas. Selon l’Observatoire de la consommation durable, vous ahcèterez 30% de denrées en moins. Et si vous laissez vos enfants, votre compagnon ou votre meilleure amie à la maison, vous pourrez réaliser jusqu’à 60% d’économie sur votre ticket de caisse.


2.    Rechercher le bon rapport qualité/prix
Qu’est-ce qu’un « bon produit alimentaire ». La réponse tient à deux critères : sa fraicheur et ses qualités gustatives et nutritionnelles. Pour faire de vraies bonnes affaires, comparez donc l’essentiel. Le coût d’une volaille fermière, par exemple, compense par sa valeur l’économie réalisée lorsqu’on achète du poulet tassé quarante jours dans sa cage avec deux mille congénères. De la même manière, est-ce vraiment un gain d’acheter du parmentier de canard à « prix choc » mentionnant : viande de canard cuite 11%, pommes de terre déshydratées 10% auxquelles s’ajoute une ribambelle d’adjuvants ? Savoureux, le soupçon de coin-coin enfoui sous une tonne de purée aqueuse… vous n’avez pas le temps de tout lire ? Un mot d’ordre : plus la liste des ingrédients est courte, mieux c’est !


3.    Modifier le parcours
Dans tous les supermarchés, le plan est le même : le rayon eaux minérales se situe au fond du magasin, à l’exact opposé de l’entrée. La raison ? L’eau est le produit le plus vendu. Contraindre le client à traverser tous les rayons pour se ravitailler est une technique de marketing pour pousser à la (sur)consommation. D’où ce conseil : Commencez par prendre les packs d’eau ! Pensez aussi à préparer une liste de courses : vous dépenserez moins qu’en achetant à vue de nez. Et baissez ou levez les yeux : les produits économiques sont en bas ou en haut des rayons.




4.    Résister aux nouveautés
En tête de gondole, une hôtesse vous propose de goûter de la tapenade aux figues… Une expérience a démontré que si elle vous touche le bras, vous accepterez son invitation dans 80% des cas (contre 52% de refus s’il n’y a pas contact) et, dans 35% des cas, vous achèterez (contre 18% des cas sans contact). Tenez-vous donc à distance, d’autant que vous paierez ce produit 15% plus cher que les marchandises similaires : il faut bien que la marque couvre ses frais de personnel. Le bon plan : acheter le produit concurrent souvent moins coûteux, pour rester attractif.


5.    Repérer les fausses promos
Vous pensez faire une économie en achetant vos biscuits par paquets de trois ? Attention : ces lots peuvent vous coûter plus cher au kilo que les mêmes produits vendus à l’unité. C’est scandaleux, mais pas illégal. Sachez aussi que certaines promotions réservent quasi systématiquement de mauvaises surprises, comme celles proposées sur les thés en sachets, la bière, les margarines, les pâtes, les biscuits apéritifs, les boîtes de conserve, les confitures, le pain de mie, le café, le savon et les yaourts. Ouvrez l’œil !


6.    Limiter le gaspillage

Vous allez au supermarché une fois par semaine ? Organisez-vous pour n’y aller que deux fois par mois. Cela vous contraindra à fréquenter les magasins de proximité pour acheter vos produits frais, mais le bénéfice est double : à l’heure de les consommer, vos produits n’auront pas perdu de leurs qualités nutritionnelles et vos dépenses baisseront de 20%. Accessoirement, cela vous permettra aussi de moins gâcher : d’après de récentes statistiques, nous jetons chaque année 7kg d’aliments encore emballés par personne et 13kg de restes et de fruits et légumes abîmés.

La rédaction de dubai madame

Vous aimerez aussi