6 clés pour «parler homme»- Ou comment communiquer avec votre moitié.

Il suffit d’utiliser sa langue: plus carrée et plus directe, plus efficace mais plus neutre.


1-    Savoir dire «non» clairement
Votre patron vous demande si vous pouvez travailler ce week-end, vous répondez: « Ça ne m’arrange pas», une manière bien féminine et courtoise de dire «non». Mais bien sûr l’employeur comprend qu’il vous aura sûrement à l’usure.


2-    Éliminer le conditionnel
D’après la linguiste suisse Edith Slembek, on l’utilise deux fois plus que les hommes. Dire à un collaborateur: « J’aurais souhaité que tu fasses autrement » atténue l’autorité de votre point de vue et annonce qu’il n’y a rien de grave. Dire « je souhaite », voilà qui va droit au but.


3-    Pacifier ses émotions
Votre associé a envoyé un courrier confidentiel à tous vos contacts. Hystérique, vous hurlez: « Mais t’es malaaaaaaade !!!! ».
Et le coupable scrute ses derbys en attendant que les nerfs de Madame se calment. Quand on injecte nos émotions à l’état brut et sans prendre de distance, cela grille notre crédibilité. Alors oui, Madame est très en colère, mais elle le dit sans hausser le ton, ni même un sourcil. Et là Monsieur comprend que ça chauffe pour son matricule.


4-    Voir grand
Selon Edith Slembek, nous employons cinq fois plus d’expressions limitatives telles que « éventuellement », « petit », « peu ». Ce qui explique le regard condescendant que les hommes posent parfois sur notre « petite » personne. Éliminons donc ces termes réducteurs!


5-    Choisir le bon verbe
Nous aimons soigner les formes : « sois gentil aide les enfants à faire leurs devoirs, s’il te plaït », demandons-nous exquises, à l’être rare qui partage notre vie. Et qui grogne parce qu’il comprend « est-ce que tu peux te rendre utile… pour une fois ? ». Alors demandez-lui plutôt s’il « veut bien » vous relayer. Et ce sera « oui » avec le sourire.


6-    Aller dans son sens
Les hommes sont plus sûrs d’eux et plus entêtés que les femmes. Ils se braquent plus facilement si on leur dit qu’ils ont tort ou si l’on tente de les faire changer d’avis. Pour ouvrir le dialogue ou l’entretenir, avec votre conjoint par exemple, mieux vaut faire un pas vers lui : « oui, tu as peut-être raison… » avant d’avancer votre avis. « … mais je ne vois pas tout à fait les choses de la même façon. » Et miracle, son cerveau devient réceptif.

Anne Sophie Brault

Vous aimerez aussi