Scott Chambers et Daniel Van Dooren les surfeurs made in Dubai

alt Oui, c’est vrai, ils sont beaux, sympas, bronzés et musclés …mais ce n’est pas tout ! Nous avions d’autres bonnes raisons de rencontrer Scott, le brésilien brun et Dan, le hollandais blond… nous voulions découvrir comment, dans un pays où il n’y avait aucune tradition « surfistique », ils sont en train de créer  une « beach culture » dont les nombreux aspects positifs, au-delà du développement du surf, transforment peu à peu l’ambiance des magnifiques plages de Dubai. altalt La plage c’est leur élément, ils sont « tombés dedans quand ils étaient petits » et cette passion ne les a jamais quittés.  Ce sont de vrais « watermen », passionnés de surf (et autres sports de glisse) donc ils sont forcément  cool, mais attention, pas baba-cool pour autant car, pour vivre de leur passion ils en ont fait leur métier et se sont associés pour diriger ensemble Surf Dubai  que Scott avait créé en 2005. alt Surf Dubai, qui était la première école de surf des EAU, maintenant  située dans une petite rue qui donne sur la plage du Burj Al Arab (dite « sunset beach ), c’est aussi un point de ralliement pour la communauté des surfeurs de Dubai ainsi que pour les touristes sportifs. Il faut reconnaître que l’endroit n’est pas désagréable, une charmante petite maison avec une terrasse ombragée et une vue imprenable sur la mer. Ambiance sportive et décontractée comme dans tout surf shop qui se respecte, une discrète odeur de résine émane de l’atelier de réparation de planches, on y trouve un choix pointu de skateboard, tongs et lunettes de soleil et si il n’y a pas de vagues, on peut y croiser un de nos deux compères, où un des membres de leur équipe qui se compose actuellement de 7 profs de surf. Mais les amateurs de « stand up paddle » -ou SUP : le nouveau sport branché, pas trop technique (tant qu’il n’y a pas de vagues) mais qui permet quand même de bronzer tout en sculptant un corps de rêve : avis aux amatrices !- sont aussi les bienvenus (Dan a  remporté la première place de la course de SUP disputée à Yas Island à Abu Dhabi en Janvier, il saura donc vous initier rapidement !). Quand à nous mesdames, on peut s’inscrire à leurs leçons de fitness sur la plage -Sun Mums pour les vieilles et Girls Go Surfing pour les jeunes (ou l’inverse 😉 – …tout un programme à découvrir sur leur site et on peut aussi (oh joie !) leur confier nos enfants, s’ils veulent profiter de la plage pour fêter leur anniversaire avec des copains activement plutôt que devant un film et un bol de pop corn… Enfin, pour les plus courageux, pour ceux ou celles qui veulent vraiment s’accrocher et apprendre ce sport magnifique, mais ingrat, qu’est le surf, on peut toujours prendre des leçons…ou plus modestement  louer un SUP pour une heure et faire le tour Burj Al Arab (à faire  au moins une fois dans sa vie dubaïote !). Rappelons que Dubai est l’endroit idéal pour débuter le surf car la mer est chaude, rarement dangereuse,  il n’y  a pas de requins et Dan m’a assuré que les serpents de mer que l’on voit parfois ne mordent pas : que demander de plus ! C’est une des raisons pour laquelle Dan et Scott ont créé leur  école de surf à Dubai, qui n’est pourtant pas (même s’ils aimeraient bien que cela le devienne un jour ! ) une destination de choix pour les aficionados en quête de vagues. Mais la raison principale de ce choix, c’est tout simplement parce que pour eux  « Dubai is home », ils y sont nés ! Et même si ils l’ont quitté pour faire leurs études universitaires (en Australie  pour Dan et en Angleterre pour Scott), ils sont revenus pour y vivre, y fonder leurs familles et comptent bien y développer l’esprit du surf. alt Pour ce faire ils ont beaucoup d’atouts puisqu’outre la légitimité que leur confère leur statut d’« expatriés locaux », ils ont aussi l’enthousiasme de la jeunesse, les diplômes nécessaires (en plus de leurs études universitaires, ils sont, comme toute leur équipe, diplômés surf lifeguards) et plein d’idées pour les activités et les animations qu’ils organisent sur la plage avec professionnalisme, mais sans se prendre trop au sérieux ce qui contribue à l’ambiance sympa qui règne sous leurs tentes Quicksilver (leur principal sponsor). alt (Courtesy of Scott Chambers) Pourtant, quand ils ont commencé à surfer ici, sur la plage du compound dans lequel vivaient leurs parents (situé à l’emplacement de l’actuel Madinat Jumeirah) il n’y avait qu’une dizaine de surfeurs à Dubai. Depuis les choses ont bien changé, on trouve parmi les habitués du line-up des représentants de toutes les grandes nations du surf (australiens, néo-zélandais, californiens…et même  un noyau dur de français motivés et sympas) mais le challenge n’en reste pas moins ardu, car même un business de surf ce n’est pas cool tous les jours. Par exemple le jour où le surf a été interdit par les autorités de Dubai…ils ont du prendre leur bâton de pèlerin et rendre de multiples visites aux autorités compétentes pour faire valoir que les surfeurs, loin de constituer un danger pour les baigneurs, avaient au contraire sauvé plusieurs d’entre eux de la noyade ! Tout est rentré dans l’ordre depuis et comme tous les passionnés ils veulent partager ce qui les motive et ils participent donc activement au développement, chez les expats mais aussi dans la population locale, des sports aquatiques et de tous les bénéfices secondaires que ceux-ci apportent en termes de santé publique et d’écologie par exemple. Car il est vrai que les surfeurs sont souvent à l’initiative de campagne de nettoyage  des plages, que les surfeurs sont plutôt athlétiques et ont rarement de problèmes d’obésité,  et qu’après avoir passé un moment dans l’eau turquoise au bord d’une plage de sable blanc on est plutôt de bonne humeur. Alors pour ce faire, tout au long de l’année ils proposent aux écoles internationales, mais aussi Emiraties, des cours de surf en tant qu’after schools actitivty. Mais que font-ils des enfants quand il n’y  a pas de vagues me direz vous ? Pas de problème, ils ont de quoi les occuper sainement, ils leur apprennent le respect de la mer, son écosystème, son fonctionnement…Car le surf c’est plus qu’un sport, c’est un état d’esprit qui conduit à une communion avec la nature  et amène rapidement les amateurs  à s’intéresser à des sujets aussi variés que la climatologie, l’océanographie, l’écologie, l’hydraulique …bref on est surpris par la quantité de choses que l’on peut découvrir en s’intéressant aux vagues ! Scott et Dan se sont donné les moyens de vivre de leur passion, ils ont un  business qui fait rêver et leur tandem fonctionne parfaitement, car ils ont le même parcours, la même passion et la même vision.   Celle-ci consiste d’une part à faire connaître  Dubai en tant que destination pour les surfeurs et d’autre part à impliquer la population locale (expat’ et émiratie) dans ce sport pour lequel Dubai est bénit des Dieux pendant une bonne partie de l’année. Alors sans plus attendre, let’s go … alt Pour en savoir plus : http://www.surfingdubai.com/ alt Villa 12a street 3a, Beachside Umm Suqueim 3 Quand on est un surfeur pro à Dubai …
  • On prend son petit déjeuner (healthy !) sur la terrasse de Surf Dubai en regardant la mer
  • On déjeune chez Jones the Grocer, au More Café ou au Lime Tree
  • Pour dîner avec des amis on va au ‘West14’ sur le Palm ou plus récemment ouvert au   Rosso’s au Amwaj Rotana JBR
  • On y commande un bon steak (il faut construire du muscle), on boit un jus d’orange frais (toujours healthy !) et si on doit se laisser un peu aller, c’est seulement pour un whisky single malt d’au mois 12 ans d’âge
  • Et quand on n’est pas en train de surfer ou de travailler, qu’est-ce qu’on aime faire ? …regarder ses potes surfer ou faire une quelconque autre activité sportive qui permet de rester fit pour mieux surfer la prochaine session !
alt

A bon entendeur salut !

Photos Maud Verliac et VT {jcomments on}

VéroniqueTalma

Test biographie

Vous aimerez aussi