Sherazade se raconte : « La musique est aussi un moyen de briser les tabous et les barrières »


Le 19 mars, on vous suggère de vous balader au festival d’art SIKKA dans les allées de Bastakiya et de vous rendre ensuite au Music Room, antre de la musique Live à Dubai. Sherazade et LavionRose seront sur scène pour un concert organisé par l’Alliance Française. Un superbe mélange de pop rock et world music, des compositions mystiques aux accents urbains et électriques, une voix inoubliable et des musiciens hors-pairs : C’est Sherazade et LavionRose, un concert à ne pas manquer !
Rencontre avec une artiste à la croisée des courants et des cultures…

– Vous êtes compositrice : comment avez-vous commencé à écrire ?
Pendant mon enfance en Russie, dont j’ai d’ailleurs conservé de beaux souvenirs, j’ai adoré l’ambiance de Noël et l’hiver avec son manteau blanc. Cela m’a beaucoup inspiré, et j’ai toujours beaucoup écrit, même si au début c’était plutôt sous la forme d’un journal intime. Par la suite, j’ai transformé ça en chansons ! Je chante depuis que je suis toute petite.

– Et quand est-ce que cela s’est transformé en chanson ?
Je suis partie en Algérie pour y faire mes études. Ce n’était pas toujours facile parce que j’ai quand même reçu une éducation russe, et être en Algérie n’était pas toujours évident. Ceci dit j’aime beaucoup mes deux pays. C’est d’ailleurs en Algérie que mon chemin artistique a commencé. A l’université algérienne, j’ai rencontré beaucoup de musiciens et j’ai commencé à jouer de la guitare afin d’accompagner mes textes. J’ai donc fait partie de quelques groupes, puis j’ai pu jouer dans différentes villes algériennes dont l’accueil était grandiose…
Le public algérien est un public que je n’oublierai jamais ; la lueur d’espoir et la soif de vivre qui enflammaient les regards de la jeunesse algérienne venaient se retrouver en moi, libérant leurs esprits de tous préjugés, tandis qu’ils  dansaient et applaudissaient chaleureusement ma musique. Je voulais et savais depuis toujours que j’allais en faire un métier, c’était une évidence.

– Comment s’est passée la rencontre avec LavionRose, groupe avec lequel vous allez jouer à Dubai ?
J’ai rencontré Jean-Claude Meurisse, le leader de LavionRose, à Annaba en Algérie où je travaillais. Nous avons été mis en contact par une connaissance commune, et nous avons tout de suite commencé à travailler ensemble. Il a fallu affronter la distance parce que le groupe était basé en France, mais grâce à Internet nous avons réussi à monter un répertoire. Le plus souvent, j’écrivais des mélodies et le groupe composait et arrangeait en parallèle.

– On a écouté votre morceau « Louliya » : de quoi parle cette chanson?
Louliya est un morceau qui me tient à cœur, il raconte la condition féminine en Algérie et dans les pays arabes. C’est un morceau qui met en évidence la liberté d’expression, la liberté d’être tout simplement une femme qui s’assume et qui n’a pas peur du regard de la société. Cela peut s’inscrire dans la logique du printemps arabe qui est pour moi une sorte de révolte, un réveil, un nouveau départ. Je parle souvent de la femme en général, et surtout celle des pays arabes, car je sais que le regard qu’on peut porter sur elles là-bas est particulier, il ne faut pas se leurrer. En tant que chanteuse en Algérie, on me voyait parfois comme une fille légère mais moi, je voulais chanter. Je voyais que lors de mes concerts, des femmes appréciaient ma performance et pleuraient pendant certaines de mes chansons. Ça me bouleversait.

– On sent que vous êtes attachée à l’Algérie : chanter en arabe, cela vous tient à cœur ?
Nous avons même entendu que savez chanter en 7 langues différentes…! J’écris mes textes en plusieurs langues (Russe, Arabe, Azeri, Armenien, Anglais, Français et Turc) ceci n’est pas du tout calculé, cela dépend entièrement de mon état d’âme et de ce que je veux transmettre comme émotion ou message sachant que chaque langue a une beauté particulière, elles reflètent mes racines et je trouve  important de s’y accrocher.
Je n’aimerais pas m’arrêter là, je souhaiterais pouvoir chanter en d’autres langues afin de toucher toute l’humanité et rappeler aux peuples que la musique est aussi un moyen de briser les tabous et les barrières et qu’elle peut également apporter la paix.

Le concert aura lieu au Music Room, Majestic Hotel, Mankhool Road, un des meilleurs bars pour la musique live de Dubai maintes fois récompensé par Time Out Dubai Nightlife Awards.

Places : 50AED disponibles à The Music Room et à l’Alliance Française. 

Clip de Louliya 
Plus d’infos sur le concert, ici.

La Rédaction de Dubaimadame

Test biographie

Vous aimerez aussi