Diabète de type 1 : quelques conseils pour un Ramadan sans danger !

Le jeûne : pratiqué pour améliorer sa santé et sa spiritualité

Le jeûne, c’est-à-dire la privation de nourriture pendant une période donnée, est pratiqué dans diverses religions et peut revêtir une dimension spirituelle : celui qui se prive volontairement se rend plus disponible pour Dieu et plus à l’écoute de son prochain. C’est pour cette raison qu’il fait partie intégrante du Ramadan, l’un des cinq piliers de l’islam pratiqué chaque année par les musulmans selon le calendrier lunaire. Pendant le mois sain, qui est aussi un mois d’abstinence, il est donc interdit pour le musulman de boire et de s’alimenter entre le lever et le coucher du soleil. 
 
Côté santé, il a été prouvé que le jeûne peut avoir des effets bénéfiques, et il est parfois pratiqué pour ses vertus diététiques et ses nombreux bienfaits sur l’organisme : perte de poids, baisse des risques de maladies cardio-vasculaires, système digestif au repos, corps régénéré… 
 
Pourquoi faire le Ramadan quand on est diabétique, et quels sont les risques ?
 
Malgré ses bienfaits connus, le jeûne peut être rendu délicat par certains problèmes de santé, comme le diabète ou tout autre maladie pouvant être aggravée par la privation de nourriture.  Dans ce genre de cas particuliers, les spécialistes de l’islam s’accordent à dire que le jeûne n’est pas obligatoire. Pourtant, certains jeunes musulmans atteints de diabète, notamment du type 1 qui affecte particulièrement les enfants et les adolescents, tiennent malgré tout à y prendre part, que ce soit pour des raisons personnelles ou religieuses : 
– ils veulent pouvoir vivre pleinement leur foi pendant le mois sain et estiment que le jeûne en est une partie essentielle
– ils tiennent à partager le Ramadan, qui est aussi un événement social et familial, avec leurs proches et ne veulent pas se sentir exclus
– ils veulent s’élever spirituellement et développer leurs qualités humaines, et le jeûne est considéré comme un moyen d’y parvenir
 
Si vous êtes atteint d’un diabète de type 1 et que vous vous apprêtez à faire le Ramadan, il faut savoir que le jeûne peut entraîner des complications, affecter votre organisme et provoquer des effets non désirés, voire graves, sur votre santé. Voici les risques les plus communs liés au jeûne : hypoglycémie, déshydratation, instabilité glycémique, acidocétose diabétique (complication sévère provoquée par la baisse du taux de sucre et d’insuline dans le sang).
 
Les précautions à prendre pour concilier diabète de type 1 et Ramadan
 
Néanmoins, en prenant les précautions nécessaires et en restant à l’écoute de votre corps, vous verrez qu’il est possible de concilier foi et santé… en toute sécurité !
Voici quelques consignes à suivre pour que votre ramadan se déroule dans les meilleures conditions : 
 
Avant le Ramadan, prévenez l’équipe médicale qui vous encadre que vous allez jeûner : votre régime alimentaire nécessitera peut-être quelques ajustements.
Déterminez avec votre docteur si vos doses d’insuline quotidiennes ont besoin d’être ajustées et n’arrêtez pas vos injections pendant le jeûne ; il est d’ailleurs important de noter que les injections d’insuline (par seringue ou pompe) n’interrompent pas le jeûne.
Ayez toujours votre traitement glycémique avec vous, ainsi que toutes les informations nécessaires à l’identification de votre diabète, comme un bracelet médical.
Pensez à surveiller votre niveau de glycémie régulièrement (toutes les 3 heures), cela n’aura aucune incidence sur votre jeûne.
Si vous vous sentez mal pendant le jeûne : mesurez immédiatement votre niveau de glycémie et assurez vous qu’il est dans la norme.
Entre les différentes phases de jeûne, privilégiez une alimentation saine et qui répond à des besoins spécifiques : le matin, préférez les aliments avec un faible indice glycémique, et le soir, favorisez une combinaison d’aliments avec un indice glycémique faible et élevé. 
IMPORTANT : Le jeûne est déconseillé pour les diabétiques qui sont sur un régime de deux doses d’insuline quotidiennes. Au-delà, il reste possible en suivant les consignes ci-dessus (injection par seringue ou pompe).
 
 
A quel moment interrompre le jeûne et prévenir un médecin ?
 
Si votre taux de glycémie est trop faible ou trop élevé :
Il est inférieur à 3.3mmol/l (59.5 mg/dl)
Il est inférieur à 4.0mmol/l (72 mg/dl) au début du jeûne alors que vous êtes sous insuline ou sulfonylurée (ou médicament équivalent pouvant provoquer une hypoglycémie). Dans ce cas, ne pas commencer le jeûne.
Il est supérieur à 16.7mmol/l (300 mg/dl)
Si vous êtes déshydraté.
Si vous commencez à vous sentir mal, désorienté, confus ou si vous perdez connaissance. Dans ce cas, interrompez le jeûne, buvez un verre d’eau et mangez quelque chose de sucré.
 
Si votre santé vous oblige à mettre un terme au jeûne, vous pouvez continuer le Ramadan d’une manière plus personnelle et qui ne vous mettra pas en danger : priez, lisez le Coran, faites preuve d’abnégation en aidant les autres, apportez votre soutien à une charité, et, éventuellement « rattrapez » quelques jours de jeûne cet hiver, lorsque les journées seront moins longues et les températures plus clémentes. 
 
Si vous êtes diabétique et que vous avez besoin d’être guidé au sujet du Ramadan et du jeûne, n’hésitez pas à contacter Mediclinic, où des spécialistes se chargeront de répondre à vos questions et inquiétudes : 
 
Mediclinic Welcare Hospital
Tel: 04 213 7294/7295
Mediclinic City Hospital
Tel: 056 226 7366
Mediclinic Dubai Mall
Tel: 04 449 5226
 
Pour en savoir plus ou pour prendre rendez-vous en ligne, direction le site de Mediclinic.
 
 

Vanessa Richard

Test biographie

Vous aimerez aussi