Préparation à l’accouchement pour le 1er enfant – 2nde partie

La semaine dernière nous avons vu quand partir à la maternité. Cette semaine : l’accouchement !

Si vous accouchez à Dubaï vous avez des options de confort que vous n’auriez pas en France ou dans certains autres pays d’Europe à moins d’accoucher dans une clinique privée. Ces choix sont la provocation de l’accouchement et la césarienne. En effet, si en France ce sont des procédés médicaux, à Dubaï c’est aussi le moyen pour beaucoup de femmes de choisir la date selon des envies ou impératifs familiaux ou professionnels (le congé maternité à Dubaï c’est 0 jour avant et 6 semaines après l’accouchement…). Ceci est un choix personnel mais gardez bien en tête qu’une césarienne est une opération chirurgicale avant tout.
Si vous optez pour un accouchement naturel alors courage ce sont les dernières heures avant de voir à quoi ressemble cette petite merveille de la création !!!



  • L’accouchement


Les contractions vous plient en deux et vous êtes nerveuse ou tordue en deux ou votre poche des eaux s’est rompue… vous voici en route pour la maternité.

On vous place en salle de travail. Une sage-femme vous prend en charge et s’occupe de mesurer l’ouverture du col pour estimer quand poser la péridurale – si vous avez choisi de la prendre – et de poser le monitoring et la perfusion.
1.    Le monitoring : on vous place 2 capteurs : un au niveau du ventre pour mesurer les contractions et un au niveau du dos du bébé pour suivre les battements du cœur.
2.    On vous perfuse une molécule de glucose qui vous évitera les chutes de tension lors du travail (en France c’est en général du Tinger).
3.    La péridurale. Elle se pose entre 4 et 7cm d’ouverture du col. On arrête ici le fantasme de l’aiguille de 15 cm de long et au moins 3 cm de diamètre…. L’aiguille de la péridurale est à peine plus épaisse et longue que celle que vous avez connue lors des prises de sang ! Attention au delà de 7 cm il ne sera plus possible de la faire poser ! En France il est conseillé de la demander lors de l’inscription à la maternité. Vous rencontrerez un anesthésiste qui vérifiera que vous pouvez la recevoir (impossible si malformation ou tatouage au creux des reins….). Ensuite vous êtes toujours à même de ne pas la prendre si vous vous sentez capable de supporter les contractions.  Pour commencer l’anesthésiste va injecter un produit pour endormir la zone qu’il va piquer. Là, on ne bouge plus. On roule le dos en mettant ses bras entre les jambes. Si vous avez peur, demandez à votre mari et/ou la sage femme de vous maintenir. Une fois la péridurale posée, l’anesthésiste remplace l’aiguille par un cathéter et vous pouvez vous recoucher sur le dos pendant que votre bas ventre s’endort ! Après, vous pouvez ressentir des fourmis dans les jambes, des sensations de froid ou être prise d’une furieuse envie de dormir alors dormez et prenez des forces pour la suite, le marathon ne fait que commencer !

La sage-femme vient vérifier souvent l’état d’ouverture du col. Si elle est trop lente elle peut être amenée à percer la poche des eaux manuellement : vous ne sentirez rien du tout !

Coté bébé ca s’active aussi. Les contractions deviennent plus régulières. Elles le font avancer vers la sortie. Il s’engage tête rentrée et descend d’un palier. Ensuite il se tourne dos à notre ventre et remonte la tête. Lorsque le bout de son crane devient visible on vous installera les étriers et ca va être à vous de tout donner!!!


Le travail

En poussant vous multipliez par 2 la force et le travail de la contraction. Suivez à la lettre les indications de la sage-femme selon un scenario très simple :
La contraction arrive : 1. Inspirez    2. Soufflez
La contraction est là :  1. Inspirez   2. Bloquez l’air pour faire pression sur le diaphragme
3. Poussez en attrapant les barreaux du lit. Si votre mari est à vos cotés il peut vous aider en maintenant votre tête en avant.
Pour une contraction ce scenario va se répéter 3 fois (3x15sec)
Soufflez, vous avez moins d’une minute de relâche avant la contraction suivante…

Une fois que la tête du bébé est sortie vous ne poussez plus. La sage-femme ou l’obstétricien vont aider le bébé à se tourner latéralement pour passer les épaules. Ensuite une dernière poussée et vous entendrez ce doux mot: FELICITATIONS !
La sage-femme emporte bébé pour lui donner ses premiers soins. Votre mari peut se joindre à elle si la vue des tuyaux ne l’impressionne pas bien sur !

De là vous ne le sentirez peut être pas mais vous aurez encore des contractions pour expulser le placenta et rétracter l’utérus. La sage-femme vérifiera qu’il ne reste rien et peut être amenée à vous masser vigoureusement le ventre ce qui n’est pas plaisant mais salvateur !


Les complications éventuelles

L’épisiotomie : pour aider bébé à sortir l’obstétricien sera amené à lui élargir l’ouverture. Pour un premier enfant 80% des femmes ont une épisio.
Les forceps ou ventouses : si le bébé ne progresse pas, s’il ne tourne pas, si son cœur faiblit ou si vous ne poussez pas bien.
La césarienne : si la dilatation s’arrête, si le bébé ne rentre pas la tête, si vous ou le bébé donnez des signes de fatigue. Dans ce cas tout ira très vite et peut être que la sage-femme n’aura pas le temps de vous expliquer les détails car elle doit gérer une entrée au bloc opératoire.

Vous resterez jusqu’à 2 heures dans la salle de travail afin de s’assurer que vous et le bébé vous portez bien.

L’astuce en plus :
Au cas où vous subiriez une épisio, achetez une bouée. Ne la gonflez qu’à moitié et asseyez vous dessus, cela vous soulagera grandement.

Témoignage perso : «  poussez avec le ventre et pas avec la bouche » me disait l’obstétricien… facile à dire il n’était pas à bout de souffle celui-là ! Et pourtant c’est vrai, sollicitez votre ceinture abdominale et ne balancez pas votre tête en avant ca ira plus vite !!!


La semaine prochaine : Les appareils de la salle d’accouchement et les premiers instants avec bébé.


A lire aussi :

Quand aller à la maternité ?

Cécile MS

Vous aimerez aussi