De l’origine de la bûche de noël

alt

Imaginez vous au milieu de l’hiver, il fait froid, nous sommes au début du Moyen âge, peut être même un peu avant …
Un vent glacial souffle entre les rameaux tordus des arbres grisâtres, les jours sont courts et la lumière peine à revenir. On croirait que le monde s’est arrêté de tourner. Tout est calme.

Mais une lueur s’éclaircit au loin. En se rapprochant, nous découvrons une humble demeure. Au centre d’une seule et unique pièce, un feu brûle doucement dans l’âtre. Tout autour, sont blottis sous le manteau de la cheminée, des hommes et des femmes d’une même famille.

Ils sont ensemble, se réchauffent et écoutent les contes et histoires des traditions orales de ces familles paysannes…. Que regardent-ils donc tous avec tant d’intensité et de tranquillité?
Une bûche particulière mais pas n’importe laquelle! Celle-ci, sous la vigilance accrue de ces protecteurs devra se consumer pendant trois jours.
Vous l’avez deviné, nous sommes bien à la fin du mois de décembre. Un mois d’hiver bien particulier, puis que c’est le mois de l’attente de noël.

Cette grosse bûche de prunier, d’olivier, ou de chêne ou encore de hêtre devait être choisie soigneusement . En effet, elle devait illuminer de ses étincelles, réchauffer et surtout apporter bonheur et richesse pour toute une famille. Ainsi, ces cendres garantissaient la protection des demeures contre la foudre, contre la maladie et étaient le symbole de prospérité si elles étaient déposées dans les champs.
On priait et on chantait autour de cette lumière en jetant dessus du vin, de l’eau bénite, de l’huile, du lait ou du miel.

La force de ces traditions païennes restèrent ancrées très longtemps encore dans les foyers et allumer une énorme bûche dans l’âtre de la cheminée rendait l’espoir et annonçait la fin des ténèbres .

Ces réunions familiales prenaient sens autour du foyer et soudait des familles que les aléas de la vie pouvaient aussi éloigner….

Des siècles passent…

Les hommes et femmes changent, les traditions aussi : leur vie, leur rythme, leur rituel, les guerres, les paix mais aussi l’espérance. Cependant, rien ne change la famille … Elle est la, présente, souveraine, unie ou désunie…ancrée dans une autre tradition mais de la table cette fois-ci pour certain :

Autour du repas de Noël de nos jours…

Qui n’a jamais apprécié la dinde rôtie accompagnée de marrons et pommes de terre sautées, entouré de convives, amis ou famille, parmi les rires et les agapes.
Qui n’a jamais oublié de déposer au centre de la table en guise de dessert :
alt
La fameuse bûche de Noël?!!  

Quand la bûche est-elle devenue un met sucré?

On ne sait pas trop…peut être à l’arrivée des fours en fonte, mais peut être aussi depuis qu’il est bon de partager ces moments conviviaux autour des talents culinaires avérés de certaines maitresses ou maitres de maison. Et oui, les hommes aussi se mettent avec joie aux fourneaux! En France, en Belgique, au Québec, au Vietnam, en passant par le Liban, partout en Europe, le repas de Noël se termine toujours en dégustant la bûche de Noël : cette tradition culinaire reproduit un autre rite lié à la célébration du solstice d’hiver. Cette coutume est attestée depuis le Moyen Âge et est héritée de divers rites païens.

L’origine de la bûche de Noël aurait vu le jour dans une boulangerie parisienne du quartier Saint Germain vers 1830.
Pour d’autres, elle naquit dans les fours en fontes du célèbre chocolatier Felix Bonnat qui y créa sa bûche pâtissière  » à la ganache au chocolat ».
alt
Enfin pour certains, elle serait la création d’un certain Pierre Lacam, pâtissier du rocher de Monaco vers 1898. Dans son recueil de recettes, il développe la réalisation d’un dessert composé d’une « pâte d’amande moulée autour d’une bouteille, fourrée de glace et recouverte de fondant au chocolat pour simuler l’écorce d’une bûche de Noël »!!

Au beurre, glacée, ou au Grand Marnier…décorée d’une hache, d’une scie ou de petit champignons, du père Noël et de ses lutins. Sous divers arômes : vanille, chocolat, fraise, marrons , caramel…. elle décorera parfaitement votre table de fête…
A vous de choisir…

alt
Bûche maison

Oriane Kuntermann

Test biographie

Vous aimerez aussi