Who’s Next: Le bouquet final

Who’s Next Dubaï a fermé ses portes Jeudi, sur un défilé à couper le souffle.

mt_gallery:Langoors - Omar Ponsot - Ayesha Depala Si les exposants ont peut-être regretté le manque d’affluence à l’exhibition en elle-même, du moins ont-ils été unanimes à dire que les contacts pris au sein des professionnels valaient le déplacement. Alors bientôt peut-être retrouverons nous distribuées sur les Emirats des marques telles que Antoine et Lili (prêt-à-porter), Trinephi (bijoux en or tresse à la main et diamants bruts) ou les éventails de la Maison Duvelleroy etc.

En attendant, nous retenons surtout les défilés de DAS, dont il a déjà été question lors d’un précédent article et aussi, je dirai même surtout, ceux de Ayesha Depala et de Essa.

Si la collection de Depala nous a ravi par ses silhouettes vaporeuses, fluides, riches et tellement gracieuses, le coup de cœur de Dubaï Madame va définitivement à Essa.

Décrire les sentiments que nous avons tous partagé pendant ce show est impossible.

Essa est décidemment le grand chouchou des Emirats puisqu’il avait déjà clos la Fashion Week en 2008.

Cette année, il fallait être sur la liste des invités pour entrer, au grand désespoir d’une foule de fashionista, très stylée d’ ailleurs, qui malheureusement n’a pu accéder à cet ultime fashion show.

C’est donc avec une conscience très claire de notre chance et aussi une énorme curiosité que Dubaï Madame a assisté au spectacle…

…Qui, il faut le dire, a été absolument grandiose.

Etre le témoin d’un tel défilé, où le créateur a su mettre tout son cœur et toute sa sensibilité est quelque chose que l’on n’oublie pas.

Ses robes de soirée sont ce dont toute femme rêve depuis son plus jeune âge : entre la princesse des mille et une nuits et la femme fatale capable de faire vaciller tous les cœurs.

Si une chose est sûre, c’est que Essa sait mettre la Femme en valeur, lui donner cette dimension de « douceur féline » incomparable grâce à des tissus nobles, raffinés, somptueux, des coupes intemporelles , féminines et glamours encore rehaussées de bijoux en pierres semi-précieuses inspirés justement de la vie sauvage : panthère, singe, puma, ara…

Et l’assistance, pourtant composée en grande partie du monde très blasé de la mode, a remercié en une « standing ovation » pour un Essa heureux, humble et fier à la fois et qui s’est même permis de souligner sa sortie d’un complice petit entre chat.

Si vous ne connaissez pas encore Essa, un conseil : il est temps ! (Essa est distribue chez S*auce à Dubaï et à Abu Dhabi)

Who’s Next Première Classe: Les défilés du Mardi 19 Octobre

Rachel Rousseau

Vous aimerez aussi