Quelques mots sur le Millésime 2011

2011  nous ramène à un vin plus classique mais pas inintéressant ! Isabelle  Beau de Loménie,  propriétaire viticole  en Bordelais qui réside à Dubai, nous livre en primeur (pardonnez ce jeu de mots un peu facile !),  ses coups de cœur et les avis recueillis sur le millésime 2011 auprès de ses pairs en bordelais.   La région bordelaise a beaucoup souffert cette année en raison de la météo capricieuse. Les viticulteurs ont du redoubler d’efforts en terme de tri à la vigne et  au moment de la récolte, la nature ne les a pas épargnés ! La sècheresse et la sélection ont occasionné une baisse de production de vin importante, accentuée dans certaines régions (Saint-Estèphe et une partie de Saint-Emilion) par des orages de grêle, réduisant parfois la récolte de 40% dans un souci de qualité finale. Le cycle végétatif a maintenu son avance de 15 jours sur la moyenne des 30 dernières années. Les vendanges ont commencé autour du 5 septembre, quelque fois un peu pressées par la crainte de voir se développer la pourriture. Puis, le soleil s’est installé, favorisant les développements aromatiques et la maturation des tannins des raisins les plus tardifs. (Cabernet-Sauvignon, Cabernet-Franc et Petit Verdot.) Le pari aura été gagnant pour ceux qui ont pu et su attendre. En général, les blancs secs  des Graves et Pessac- Léognan sont de très grande qualité. Les vins liquoreux sont excellents avec des réussites toutes particulières en Haut Barsac (mon coup de cœur) Les Médocs, à fortes dominantes de Cabernet – Sauvignon (le Merlot a été moins réussi), sont d’autant plus réussis qu’ils sont issus de terroirs argilo-graveleux et que les raisins ont été cueillis plus tard. Les Saint-Emilion sont de très belle facture, et les Pomerol sont sans doute les plus réussis de la région. Ce millésime produira des vins bons à boire assez tôt, entre 7 et 15 ans maximum, avec des vins sur la fraicheur et  sur le fruit, permettant d’attendre tranquillement l’évolution des grands millésimes de garde que sont 2009 et 2010. Un autre point positif non négligeable, est la baisse importante des prix des primeurs qui s’annonce pour répondre aux exigences du Marché…et qui  laisse présager de belles affaires à saisir sur certains Châteaux ! Isabelle à également recueilli pour Dubaimonsieur quelques avis d’experts sur place : Eric Hosteins Eric Hosteins, Président de Louis Vialard, société de négoce bordelaise  qui distribue ses vins dans plus de 42 pays : « la région bordelaise a souffert cette année d’une forte sècheresse en période de croissance de la vigne et d’une météo presque tropicale en pleine période de maturation des baies. Ces conditions climatiques tourmentées de 2011 n’ont pas permis à Bordeaux de renouveler les réussites exceptionnelles des années 2009 et 2010 » Patrick Jestin, Président des Vins et Vignobles Dourthe « Au final, il aura fallu beaucoup de travail de réactivité et d’inquiétude, mais nous avons la satisfaction d’avoir malgré tout fait naitre de très bons vins, en particulier sur les Merlots les plus Tardifs et sur les Cabernets. » Fréderic Bonnaffous, Directeur des Vignobles Dourthe « La nature nous a éprouvés cette année…mais les dégustations après quelques semaines d’élevage confirment notre première impression. Nous avons de beaux espoirs dans les vins de ce Millésime. »

Isabelle Beau de Loménie

Test biographie

Vous aimerez aussi