Lever le voile sur les inquiétudes autour du poulet…

alt

À peine devenons-nous conscientes des dangers du poulet “industriel”, que nous voici bombardées de labels et autres revendications de toutes parts : poulet élevé au grain, poulet fermier, poulet bio, poulet de Bresse…comment s’y retrouver dans ce jargon marketing ?

Il faut tout d’abord savoir qu’en fonction de ses conditions d’élevage et de son origine, la qualité nutritionnelle du poulet évolue énormément.

Lexique :

Le poulet classique ou régulier, facilement identifiable de par son bas prix, ce poulet est élevé en batterie de façon industrielle. Les animaux vivent à l’intérieur d’un hangar clos, sans accès extérieur, et sont tellement serrés les uns contre les autres que leurs muscles en deviennent mous et flasques. De plus, pour éviter la propagation de maladies dans cet environnement fermé, les poulets sont traités par antibiotiques et leur croissance est accélérée grâce à des injections d’hormones.

Le poulet fermier, lui, évolue en plein air. Il déambule à l’extérieur et profite d’un air frais et naturel. Certes, il dispose d’un abri pour se reposer et le protéger des aléas du climat et des prédateurs, mais la densité de son poulailler est limitée et contrôlée. Son régime alimentaire se compose de grains mais aussi des protéines animales qu’il trouve en picorant la terre.

alt

Le poulet bio européen est d’abord un poulet ayant reçu une certification officielle émanant d’un organisme très rigoureux, Ecocert, qui contrôle et valide l’appellation.
À l’instar du poulet fermier, il évolue en plein air. Toutefois, il se nourrit exclusivement d’apports nutritionnels issus de l’agriculture biologique. Il picore sur une surface n’ayant reçu aucun traitement pesticide depuis au moins 3 ans. Le poulet biologique est protégé des maladies par traitement physiologique et ne reçoit en aucun cas de traitement antibiotique. Enfin, le poulet bio européen est abattu à maturité.

Quant au poulet de Bresse, il s’agit d’une espèce de poulet très particulière, rare et unique, évoluant dans la région très protégée de Bresse en Rhône-Alpes. Depuis ses premiers jours jusqu’à sa maturité, la volaille de Bresse reçoit un régime très spécifique, constitué de grains et de lait, c’est pourquoi on la compare souvent au “wagyu” de la volaille.

Sachant cela, il devient moins difficile de faire le bon choix quand il s’agit de nourrir sa famille avec de bons produits sains. Or quand on vit à Dubai, où peut-on se procurer ce poulet de qualité ?

Secrets Fine Food* vous offre une large gamme de poulets fermiers et bio dont le poulet de Bresse, en vous garantissant une traçabilité totale grâce à un « sourcing » en direct chez les meilleurs éleveurs français.

alt

Pour en savoir plus ou commander, visitez la boutique en ligne Secrets Fine Food ou téléphonez : 04 363 9007


Recette de poulet au vinaigre balsamique, tomates et romarin

Pour 6 personnes, il vous faut :
• 1 poulet bio
• 1,2 kg de tomates
• 2 gousses d’ail
• 1 oignon
• 3 cuillères à soupe de vinaigre balsamique Il Borgo (3 ans d’âge)
• 1 cuillère à soupe d’huile d’olive Terre Bormane
• 1 pincée de sel
• 1 pincée de poivre
• 2 ou 3 branches de romarin

Lavez les tomates. Coupez-les en deux ou en quatre selon leur taille.
Pelez ail et oignon puis coupez ce dernier en 4 et l’ail en petits morceaux (dégermez-le si besoin).
Mettez le poulet dans un plat allant au four.
Entourez-le avec les quartiers de tomates.
Salez, poivrez, arrosez avec le vinaigre et l’huile d’olive et saupoudrez de la moitié des aiguilles de romarin.
Enfournez dans un four préchauffé à 200°C pour 45 minutes de cuisson.
À la sortie du four, saupoudrez avec l’autre moitié des aiguilles de romarin.
Il ne reste plus qu’à découper et à servir.

alt

Bon appétit !

*Lire notre article précédent

La Rédaction de Dubai Madame

Test biographie

Vous aimerez aussi