La chronique de Sophie : English for (n)ever !

alt

65 % des français ne parleraient pas anglais en arrivant à Dubaï !


Tout d’abord, mettons-nous d’accord sur ce qu’on entend par «parler».

Non, il ne s’agit pas d’émettre des sons en yaourt assimilé comme quand on hurlait en soirée un peu bourré sur un bon vieux refrain de Britney !
Ne compte pas non plus le pauvre Kit de survie à savoir: demander une taille dans un magasin, à quelle heure ferme le mini club ou encore commander une salade Caesar with chicken !

Je sais, le français pensait être initié à l’anglais depuis belle lurette, usant à tour de bras de «faux amis» tel que «sandwich» «footing» «jogging» «string» «tee shirt» mais malheureusement un anglais ne fait pas de jogging et ne mange pas de sandwich ! Lui il «run» et avale des «hamburgers» !

Ne vous méprenez pas non plus : comprendre les anglicismes de la presse féminine ne vous suffira pas pour faire partie des 35 % !
Effectivement, maitriser les termes de «selfie» «it bag» «fashion» «in and out» ou autre «it girl» ne vous permettra pas de tenir toute une soirée lorsque le débat sur la couche d’ozone sera lancé !

Les simulateurs aussi feront partis du club 65 ! Oui, ceux qui font mine de tout comprendre et s’esclaffent à ce qu’ils pensent être la blague du siècle alors qu’on est juste entrain de leur parler de la hausse du prix de la crevette !!!

Car comme vous l’aurez remarqué, il y a au moins deux écoles : ceux qui ont pris l’option «anglais» dans l’utérus de leur mère et les autres, plus nombreux visiblement (dont je fais partie), qui ont autant d’aptitude pour les langues qu’une star de téléréalité pour les études !

Rien de bien surprenant si on reprend la genèse de notre apprentissage…
Lorsqu’on enseigne aux collégiens français c’est souvent en compagnie d’un prof au nom aussi british que Durand, Dupond ou Duchamps qui ne possède d’anglais …que le trench ! Pas étonnant donc que l’on commence directement par le french accent !

S’en suit un voyage scolaire d’une semaine (big immersion !) consistant à mettre plusieurs ados dans une même famille et à visiter entre français (of course !) Big Benet Buckingham Palace… c’est comme ça qu’à 14 ans, je me suis retrouvée enfermée dans une chambre avec 3 copines françaises à gaver le chien des spécialités qu’on nous donnait pour diner et dont l’annonce de la mort de Dalida reste l’unique souvenir qui m’ait marqué !!!…

alt

Cependant, vous l’aurez remarqué malgré ce chiffre élevé, beaucoup ne se sentent pas concernés et ont appris l’anglais en aussi peu de temps qu’il m’en faut…. pour craquer chez Zara pour un petit haut ! Surtout leur progéniture! Je me souviens parfaitement de ce jour où mon fils de 3 ans et demi passait un «oral» pour être admis en section bilingue…inquiète je m’enquérais auprès des autres parents du niveau d’anglais de leurs enfants…ils me jetèrent alors des regards dégoutés comme si je venais de leur demander de me parler de leur dernière MST !

Oui, eux, ils ont des «children» qu’ils associent souvent à des «éponges».
Et bien force est de constater que les miens doivent être des Scotch Brite !!! (un côté qui absorbe, l’autre qui fait de la rétention !)

Ok, il faut être honnête, même si je ne partage pas cette métaphore, j’ai pu remarquer que malgré l’absence de bilinguisme chez mes descendants, l’apprentissage précoce de l’english leur avait néanmoins inculqué un accent So british ! Si bien que j’ai un gros doute maintenant sur notre filiation et que je songe à faire une demande d’adoption!

Car contrairement à eux, ne maitrisant pas les bonnes intonations, je sombre vite dans la confusion comme ce jour où j’ai demandé à la femme de ménage si c’est elle qui avait touché mes fesses au lieu de mon bouton ?!!!!! ( bottom/button !)

Et bien que je me sois jetée sur des cours d’anglais comme une fashionista sur des Louboutin, il faut se rendre à l’évidence j’ai autant d’aisance qu’une centenaire sur une piste de danse ! Ça rame sec ! Difficile d’avoir l’air naturelle et décontractée lorsqu’il faut en un millième de seconde savoir quel Past perfect/Past continious/Past perfect Continious utiliser 😉 … le temps que vous formuliez votre idée et votre interlocuteur s’est déjà barré ;(

alt

So what ?! On trouve bien so chic une Jane Birkin qui après 30 ans d’immersion se plante toujours sur les déterminants alors qu’on ne vienne pas me chatouiller si mes phrases sont dans un «style approchant» !

L’autre jour, on me faisait remarquer que je parlais beaucoup mieux quand j’avais absorbé de l’alcool ou lorsque j’étais énervée… pas sure que ce soit une très bonne nouvelle…si maintenant je dois systématiquement hurler en étant complètement imbibée pour tenir une conversation en anglais… !!!

Vous le savez déjà nous ne sommes pas égaux …alors s’il suffit à certains de respirer un sachet de Earl Grey pour maîtriser l’anglais, les autres devront se coller avec plus d’assiduité à la révision des règles et verbes irréguliers !

alt

Sophie, comédienne, raconte au travers de billets d’humeurs humoristiques les péripéties d’une famille d’expat à Dubaï, retrouvez les sur son blog : www.journalexpat.com

Sophie

Test biographie

Vous aimerez aussi

La chronique de Sophie : English for (n)ever !

alt

65 % des français ne parleraient pas anglais en arrivant à Dubaï !


Tout d’abord, mettons-nous d’accord sur ce qu’on entend par «parler».

Non, il ne s’agit pas d’émettre des sons en yaourt assimilé comme quand on hurlait en soirée un peu bourré sur un bon vieux refrain de Britney !
Ne compte pas non plus le pauvre Kit de survie à savoir: demander une taille dans un magasin, à quelle heure ferme le mini club ou encore commander une salade Caesar with chicken !

Je sais, le français pensait être initié à l’anglais depuis belle lurette, usant à tour de bras de «faux amis» tel que «sandwich» «footing» «jogging» «string» «tee shirt» mais malheureusement un anglais ne fait pas de jogging et ne mange pas de sandwich ! Lui il «run» et avale des «hamburgers» !

Ne vous méprenez pas non plus : comprendre les anglicismes de la presse féminine ne vous suffira pas pour faire partie des 35 % !
Effectivement, maitriser les termes de «selfie» «it bag» «fashion» «in and out» ou autre «it girl» ne vous permettra pas de tenir toute une soirée lorsque le débat sur la couche d’ozone sera lancé !

Les simulateurs aussi feront partis du club 65 ! Oui, ceux qui font mine de tout comprendre et s’esclaffent à ce qu’ils pensent être la blague du siècle alors qu’on est juste entrain de leur parler de la hausse du prix de la crevette !!!

Car comme vous l’aurez remarqué, il y a au moins deux écoles : ceux qui ont pris l’option «anglais» dans l’utérus de leur mère et les autres, plus nombreux visiblement (dont je fais partie), qui ont autant d’aptitude pour les langues qu’une star de téléréalité pour les études !

Rien de bien surprenant si on reprend la genèse de notre apprentissage…
Lorsqu’on enseigne aux collégiens français c’est souvent en compagnie d’un prof au nom aussi british que Durand, Dupond ou Duchamps qui ne possède d’anglais …que le trench ! Pas étonnant donc que l’on commence directement par le french accent !

S’en suit un voyage scolaire d’une semaine (big immersion !) consistant à mettre plusieurs ados dans une même famille et à visiter entre français (of course !) Big Benet Buckingham Palace… c’est comme ça qu’à 14 ans, je me suis retrouvée enfermée dans une chambre avec 3 copines françaises à gaver le chien des spécialités qu’on nous donnait pour diner et dont l’annonce de la mort de Dalida reste l’unique souvenir qui m’ait marqué !!!…

alt

Cependant, vous l’aurez remarqué malgré ce chiffre élevé, beaucoup ne se sentent pas concernés et ont appris l’anglais en aussi peu de temps qu’il m’en faut…. pour craquer chez Zara pour un petit haut ! Surtout leur progéniture! Je me souviens parfaitement de ce jour où mon fils de 3 ans et demi passait un «oral» pour être admis en section bilingue…inquiète je m’enquérais auprès des autres parents du niveau d’anglais de leurs enfants…ils me jetèrent alors des regards dégoutés comme si je venais de leur demander de me parler de leur dernière MST !

Oui, eux, ils ont des «children» qu’ils associent souvent à des «éponges».
Et bien force est de constater que les miens doivent être des Scotch Brite !!! (un côté qui absorbe, l’autre qui fait de la rétention !)

Ok, il faut être honnête, même si je ne partage pas cette métaphore, j’ai pu remarquer que malgré l’absence de bilinguisme chez mes descendants, l’apprentissage précoce de l’english leur avait néanmoins inculqué un accent So british ! Si bien que j’ai un gros doute maintenant sur notre filiation et que je songe à faire une demande d’adoption!

Car contrairement à eux, ne maitrisant pas les bonnes intonations, je sombre vite dans la confusion comme ce jour où j’ai demandé à la femme de ménage si c’est elle qui avait touché mes fesses au lieu de mon bouton ?!!!!! ( bottom/button !)

Et bien que je me sois jetée sur des cours d’anglais comme une fashionista sur des Louboutin, il faut se rendre à l’évidence j’ai autant d’aisance qu’une centenaire sur une piste de danse ! Ça rame sec ! Difficile d’avoir l’air naturelle et décontractée lorsqu’il faut en un millième de seconde savoir quel Past perfect/Past continious/Past perfect Continious utiliser 😉 … le temps que vous formuliez votre idée et votre interlocuteur s’est déjà barré ;(

alt

So what ?! On trouve bien so chic une Jane Birkin qui après 30 ans d’immersion se plante toujours sur les déterminants alors qu’on ne vienne pas me chatouiller si mes phrases sont dans un «style approchant» !

L’autre jour, on me faisait remarquer que je parlais beaucoup mieux quand j’avais absorbé de l’alcool ou lorsque j’étais énervée… pas sure que ce soit une très bonne nouvelle…si maintenant je dois systématiquement hurler en étant complètement imbibée pour tenir une conversation en anglais… !!!

Vous le savez déjà nous ne sommes pas égaux …alors s’il suffit à certains de respirer un sachet de Earl Grey pour maîtriser l’anglais, les autres devront se coller avec plus d’assiduité à la révision des règles et verbes irréguliers !

alt

Sophie, comédienne, raconte au travers de billets d’humeurs humoristiques les péripéties d’une famille d’expat à Dubaï, retrouvez les sur son blog : www.journalexpat.com

Sophie

Test biographie

Vous aimerez aussi