Travailler de la maison, libération ou aliénation ?


Véritable phénomène de société, de plus en plus de personnes travaillent de leur domicile et beaucoup se demandent s’ils devraient sauter le pas. 

C’est pourquoi Dubai Madame se penche sur la question: « travailler de la maison, libération ou aliénation ? ».

6 hommes et femmes qui travaillent de chez eux nous expliquent comment ils y trouvent (ou non) leur compte.
Entre 30 et 42 ans, nos sondés ont des enfants, et exercent les professions de gestion de patrimoine, bloggeuse, profession libérale, chef d’entreprise dans la mode, commerciale pour un magasine, et chef d’entreprise livraison de fruits et légumes locaux et bio

De nombreux avantages
Parmi les avantages à travailler de la maison, les réponses sont unanimes sur le fait de ne pas avoir d’horaires stricts et de pouvoir gérer son temps librement pour pouvoir ensuite profiter de ses enfants ou tout simplement pour pouvoir s’occuper de soi. Besoin d’une demi-heure pour aller chez le docteur? Envie de prolonger la grasse matinée ? Ou envie d’arrêter plus tôt? Dans le principe le travail à la maison permet une plus grande souplesse dans les horaires.

Entre aussi en considération le gain de temps par rapport au fait de ne pas avoir à faire les trajets matin et soir pour se rendre au travail.

La productivité est souvent supérieure car on fait l’économie des conversations futiles quand on prend le café chez son voisin de bureau. En travaillant de la maison on évite également d’être dérangé dans sa concentration par le bruit incessant propre au travail en entreprise.

Enfin, certains de nos sondés énoncent l’avantage d’une meilleure gestion de son activité, à son propre rythme, sans avoir à rendre comptes à un supérieur hiérarchique.

Des frontières mal définies
Travailler de la maison a bien évidemment aussi ses inconvénients.
Le plus important et le plus unanime ici est qu’il faut gérer la frontière pro/perso, ce qui est rendu plus difficile encore quand on a des enfants, dans quel cas il est en plus difficile de rester concentré. Travailler à la maison veut aussi dire des journées à rallonge de 12 à 13h, car il est difficile de décrocher.

Il y a également beaucoup moins d’interaction avec  « l’extérieur” et on a tendance à s’isoler. Il y a toujours moins de meeting quand on travail de chez soi, d’autant plus lorsqu’on a pris cette décision afin d’être disponible pour ses enfants. Passer toutes ses journées tout seul, sans voir ni parler à personne, c’est la dépression assurée, non? Du coup on a tendance à vouloir combler ce vide avec des pauses télé, du ménage, une sieste à rallonge ou encore des pauses goûters (attention au tour de taille !)

Au niveau professionnel il y a le problème de ne pas pouvoir bien se concentrer sur le travail. Trop de distractions. Et l’environnement est moins propice à recevoir ses clients.

Quant aux professions libérales il y a la relance continuelle des clients et la recherche de nouveaux, avec souvent ni congés payés ni salaire fixe. Ce dernier point d’ailleurs empêche souvent les crédits bancaires : un projet immobilier ou l’achat d’une voiture par exemple.

Par ailleurs il faut être sacrement tenace pour s’auto motiver et il est donc d’autant plus difficile de faire comprendre aux amis que l’on n’est pas forcement plus dispo quand on travaille de la maison. 
Revenir dans le cadre d’une société ?

Nos interviewés ont des réponses partagées sur leur éventuel « retour à la normale » car ils y a ceux qui ne le considèreraient qu’en cas de nécessité absolue comme un problème financier grave, ceux qui se posent la question parfois, ceux qui ne veulent pas en entendre parler, mais aussi ceux qui ne rêvent que de ça, comme Cécile pour qui cela apporterait une structure en terme d’organisation, donnerait des outils, et permettrait des échanges.


Des astuces
Nos sondés partagent quelques astuces pour qui voudraient travailler de la maison et en faire une expérience réussie.

Par exemple, Candice insiste sur le fait de mettre son enfant à la crèche quand il est petit et de ne pas laisser sa famille pénétrer son univers professionnel : « je ne passe jamais de coups de fil pro quand tout le monde est dans la maison ».

Pour Sarah, l’essentiel est de garder des horaires de bureaux. Ne pas penser que travailler à la maison signifie travailler quand on veut. Car il ne faut pas oublier que même si on n’a plus de patron au-dessus de nous à qui rendre des comptes, on a toujours des clients avec leurs exigences, leurs opinions et leurs horaires !

Mais aussi, avoir un vrai bureau qui ferme, sans autre distraction et informer son entourage des périodes de travail pendant lesquelles on ne peut pas être dérangé. Participer à des événements professionnels qui permettent d’échanger.

Pour Cécile c’est « Savoir s’arrêter et bien délimiter son temps de disponibilité ».

« Je m’auto-motive en planifiant par écrit un agenda hebdomadaire des taches à faire » pour Sonia le secret est de se fixer « des horaires de travail bien précis et de ne pas en démordre même si un super déjeuner est programmé par votre grande copine !!! »

Alors ? Travailler de la maison pour vous : est-ce la libération ou l’aliénation ?
Pour Hannah  tout dépend du travail en lui-même, de la vie de famille et de la motivation professionnelle. Si le « job » est à responsabilité, ce sera une aliénation. Si c’est un travail à responsabilité  réduite, peut-être une libération, surtout pour une femme qui a besoin d’argent mais n’aime vraiment travailler.
Pour une femme au foyer, un travail, même à mi-temps, chez elle, peut lui permettre de se sentir de nouveau utile tout en ne chamboulant pas la vie qu’elle aime avec ses enfants.
Et puis, toujours pour Hannah, une femme active qui aurait du mal à gérer  sa vie personnelle se sentirait peut être plus libre en travaillant de la maison mais son plan de carrière serait à revoir car la progression au sein de l’entreprise en serait réduite.

Pour conclure, tout est question d’équilibre et de gestion des priorités propres à chacun. Si l’accent est mis sur la vie de famille, optez pour le travail de la maison. Si vous êtes carriériste, le travail en entreprise est mieux car l’émulation est plus forte.

Et pour vous aider à aménager votre bureau et en faire un espace agréable

Rachel Rousseau

Test biographie

Vous aimerez aussi