Un pèlerinage, Shanghai : le Paris de l’Orient

alt

Installée depuis plus de 7 ans à Dubai, Valerie Amy est devenue guide touristique officielle de Dubai et Abu Dhabi pour lui permettre de partager avec un plus grand nombre et en particulier les touristes venus souvent par curiosité visiter les Émirats, son enthousiasme pour ce pays.
N’hésitez pas à la contacter par mail ou par téléphone :
dubaivamy@gmail.com
+971 50 254 92 50
http://visiterdubaiabudhabi.over-blog.com/


Ma mère est née à Shanghai et y a vécu jusqu’à ses 11 ans, cette expérience d’expatriation est d’ailleurs pour beaucoup dans mon désir de suivre ses pas… Pour autant cette partie de l’enfance de ma mère était toujours resté assez floue pour moi. C’était une évocation lointaine émaillée de quelques rares photos, ma mère ayant gardé pour elle cette vie si particulière, tout en espérant au fond d’elle-même renouer un jour avec son passé. J’avais toujours eut le désir d’un jour découvrir Shanghai au travers des souvenirs de ma mère. Il fallait un déclencheur pour nous décider tous à remonter le temps des souvenirs. C’est chose faite, en aout 2012 quand de proches amis  quittent Hong Kong pour Shanghai. C’est un signe et nous ne pouvons plus reculer…Rendez-vous est pris et nous embarquons pour les vacances de Pâques, ma petite famille (mon mari, mes  3 enfants, 12-14-16ans), mon père et ma mère ainsi que sa jeune sœur Liliane (73 ans quand même)

Nous allons passer 5 jours à Shanghai que nous enchainerons avec  5 jours à Pékin.

Nous arrivons à Shanghai en début d’après midi, un chauffeur nous attend pour nous conduire chez nos amis Daphné et Patrick et leur 3 enfants. Sur le long chemin nous faisons connaissance avec les faubourgs de la ville, traversons le Huangpu par le Lupu bridge, apercevons quelques li-longs (ruelle chinoise) du haut des nombreux fly over qui nous font traverser la ville pour retrouver nos hôtes dans leur compound  situé à l’est de Shanghai. Nous arrivons pour l’heure du thé et prenons possession de nos chambres. Les enfants se retrouvent et partent explorer les alentours. Diner convivial chinois pour rentrer de plein pied dans notre destination.

Le premier jour sera certainement gravé dans nos mémoires pour longtemps, beaucoup de sensations et d’émotions sont au rendez-vous. Daphné nous a réservé un tour de la concession française en sidecar avec Thomas, un français amoureux de la Chine parlant chinois qui va nous personnaliser la visite de Shanghai et nous renvoyer plus de 70 ans en arrière.
Mais d’abord il s’agit de la découvrir à pied … et déjà les souvenirs affluent, les platanes sont là ainsi que la majorité des maisons qui bordent les avenues, il ne faut pas  beaucoup d’efforts aux deux sœurs pour retrouver l’ambiance de leur jeunesse,  même si, finalement, Shanghai apparait bien moins bondée qu’à l‘époque où les rues débordaient  d’étals en tout genre, où les pousses-pousses rivalisaient avec le tramway et les belles américaines.

Nous visitons le Fuxing Park où ma mère et ma tante allaient jouer enfant avec  leur gouvernante. Là encore peu de changement et des souvenirs enfouis rejaillissent qu’elles partagent avec la nouvelle génération. Nous admirons des calligraphes qui s’entrainent sur le sol à l’aide de leur pinceau trempé dans l’eau, à  tracer des signes avec dextérité et concentration.  De rues en rues nous arrivons à notre prochain rendez-vous, Mansion hôtel : l’ancien repère d’un célèbre gangster chinois des années 30-40, construit par un architecte français du nom de Lafayette. Le décor est là, intact, incroyable ! Sur le toit nous avalons un rapide déjeuner pendant que maman partage ses souvenirs avec un sinophile auteur de nombreux ouvrages sur Shanghai et ami de Thomas qui est  très excité à l’ idée de faire remonter le temps aux deux sœurs.

alt

Chacun choisit son compagnon de route et nous voici partis sur les chapeaux de roues à la découverte de la concession française. Notre première étape sera l’ex-école municipale française, aujourd’hui un lycée technique.  L’entrée sur rue ne parle pas beaucoup à maman mais dès que nous sommes dans la cour, tout revient : le bureau du directeur où elle était souvent convoquée… le hall, les classes, et même le vitrail 1930 sur le palier du premier étage… Je suis émue et heureuse de voir  qu’elle se souvient et qu’elle est heureuse.

Prochaine étape la place du peuple, jadis un hippodrome  où tous les occidentaux se retrouvaient. Les chinois étant interdit dans le « club » ils construiront en face le Park-Hotel, le plus haut immeuble de l’époque, afin de suivre et de parier sur les courses de chevaux depuis la terrasse tout en faisant des affaires.

altalt


Les communistes ont dès leur prise de pouvoir transformé ce lieu de rendez-vous bourgeois en un grand parc dédié au peuple où aujourd’hui se tient tous les samedis un marché aux mariages. Les parents, comme cela était la tradition, viennent présenter leurs enfants (photos, c.v. et patrimoine) en vue d’une union fructueuse. Nous déambulons dans les allées, amusés de voir les « petites annonces » accrochées aux grilles où s’agglutinent les parents prenant des notes en vue d’un futur contact. 

Nous ré-enfourchons nos montures pétaradantes et partons vers le 1127 Changle Lu où est censée se trouver la maison familiale, en traversant la concession. Nous arrivons au  lieudit et maman reconnait l’église qui lui faisait face (transformée en clinique). Mais les choses ont changé …c’est une maison de 3 étages maintenant, avec des commerces accolés : difficile de reconnaître la maison d’origine. C’est en pénétrant dans la maison que tout s’éclaire : l’escalier et sa rampe en bois massif est toujours là et  au 1er étage on retrouve le palier et la distribution des chambres. La maison a bien changé (12 familles y habitent) mais beaucoup de détails demeurent, depuis le jardin on reconnait bien l’arrondi de  la chambre des parents. A notre sortie nous attend le propriétaire alerté par cette entrée d’étrangers (nous sommes une belle équipe de 10 personnes) et il nous confirme qu’une famille française habitait bien là avant que ses parents  récupèrent  la maison en 1948. Il y est d’ailleurs né. La discussion se poursuit grâce à Thomas qui traduit et tout le monde est très émus, mon père (cinéaste de profession) en oublie de filmer, nous essuyons une larme tant il nous semble miraculeux, tant d’années après, de pouvoir ainsi reprendre les fils de leur enfance. J’arrache une photo au moment de se séparer car nous devons poursuivre …La journée n’est pas finie.

Après une rapide étape au QG, nous repartons voir un spectacle ERA (un cirque du soleil chinois) qui ravit petits et grands. C’est donc le cœur rempli et les yeux bien émerveillés que nous finissons cette première journée à Shanghai.

Le dimanche est celui de Pâques, nous allons donc festoyer et partons pour un brunch pantagruélique à Pudong. Maman, inquiète à l’évocation de Pudong qui était le quartier où les  japonais pendant l’occupation internaient les habitants de la concession internationale, ne retrouve cette fois  rien de ses souvenirs …
Normal la zone accueille aujourd’hui le quartier business de Shanghai avec ses grands gratte-ciel comme la tour Jin Mao, le Shanghai World Financial Center et la tour TV appelée la Perle de l’Orient. Après le brunch nous nous promenons sur la grande promenade circulaire qui à près de 20m de haut permet un point de vue imprenable sur les bâtiments environnants. Nous rentrons au pied de la tour de la Perle de l’Orient pour la visite du musée de l’histoire de Shanghai qui une nouvelle fois nous plonge au temps des concessions, soit le développement spectaculaire de la ville depuis les années 1850 jusqu’aux années 1940 avec comme point d’orgue les années 20-30 qui ont fait la renommée internationale de la ville.

alt

Après le musée nous rejoignons le Bund de l’autre côté du Huangpu grâce à une navette  souterraine dont le tunnel est truffé d’effets lumineux. Nous arrivons juste avant le coucher de soleil  et allons admirer les bâtiments datant des années 1880 à 1930 s’illuminer un à un. A  l’aide d’une carte nous les identifions avec leur architecture tantôt art déco, tantôt style flamand, gothique ou classique. Tous les types architecturaux sont réunis ou presque. Le siège de la HSBC, le siège des douanes avec son clocher copié sur Big Ben…La promenade surélevé de 10m offre un superbe point de vue sur le Bund et la rive de Pu Dông. C’est une promenade populaire et ce dimanche après midi nous sommes perdus dans la foule chinoise qui arpente en famille le deck.

alt

Le lendemain nous commençons avec une belle promenade dans les li-longs (petite ruelle dans laquelle vivent les chinois depuis le temps des concessions) et le quartier des antiquaires où nous faisons nos 1ers achats en tentant de marchander mais les chinois sont plus durs que nos pakistanais du souk de Dubai. Maman retrouve les petits marchands ambulants et achète les beignets de son enfance : voilà une jolie Madeleine de Proust partagée avec toute la famille. Les li-longs n’ont pas beaucoup changé non plus, je prends des photos en noir et blanc et on s’y croirait ! Le dédale des ruelles nous conduit dans le marchés aux oiseaux que nous traversons sans nous douter que quelques jours plus tard il sera fermé au public pour cause de grippe aviaire.

alt
alt

Nous arrivons enfin dans un nouveau quartier chinois mais à l’architecture traditionnelle. C’est un peu leur Medina de Jumeira, boutiques, restaurants, mais aussi temples. La foule est dense, chinoise et nous allons manger dans une chaine de restaurant spécialisée en dumpling.
Nous passons l’après midi à parcourir le fameux jardin de Yu. C’est un jardin extraordinaire conçu par un fils pour l’amour de son père, au 16ème siècle sous la dynastie Ming. Il a été endommagé à différentes époques  et complètement rénové dans les années 60. C’est un exemple parfait de l’art sophistiqué qui compose plusieurs éléments différents en un monde miniature où se mêlent ingénieusement pavillons et galeries, petites collines et rochers, étangs de lotus et poissons rouges. Les espaces du jardin sont séparés par des « murs du dragon » aux dorsales de tuiles grises et ondulantes, terminés chacun par une tête de dragon. Une maison de thé sur pilotis est réunie à la terre par un pont  à neuf détours (en zigzag, car les mauvais esprits ne peuvent avancer qu’en ligne droite !).

Le dernier jour nous ramène sur les bords du Huangpu avec l’ascension au Shanghai World Financial Center Tower. Cette tour rectangulaire en forme de décapsuleur offre un observatoire à 474 m de haut. Pas de queue pour monter et nous nous retrouvons moins d’une quinzaine là-haut pour admirer la ville, dans un brouillard matinal malheureusement.
De là nous reprenons le métro, très moderne et confortable, vers le quartier des concessions et la place du peuple pour la visite du musée de Shanghai. Situé dans un bâtiment moderne inauguré en 1997, c’est l’un des plus beaux avec une large collection de plus de 120 000 objets. Des bronzes aux céramiques et porcelaines en passant par les jades, la calligraphie, la peinture et une salle avec des costumes de soie traditionnels, bref un passage obligé …Mais où tout le monde a trouvé de quoi s’émerveiller, notre groupe s’est rapidement scindé et chacun à pu explorer à loisir les collections. Pour le déjeuner nous voulions quelque chose de simple et de local surtout, nous choisissons ainsi une rue qui s’éloigne de la place du peuple et trouvons  un étroit petit restaurant où nous commandons d’énormes bols de soupe en les choisissant d’après ceux des autres clients. Nous faisons l’attraction dans le restaurant…

Nous consacrons l’après midi au musée de « l’urbanisme ». Nous débutons avec la Chine des concessions au travers de nombreuses photos d’époque, maman retrouve la maison de Victor Sassoun, un des grands promoteurs des années 30, dans laquelle elle passait ses week-ends (en dehors de Shanghai à l’époque mais aujourd’hui dans la ville même) ainsi que de nombreux bâtiments qui faisaient alors partie de son environnement. La grande salle au 3ème étage nous présente une grandiose maquette de la ville de Shanghai en 2020 de 700m2. Force est de constater l’ampleur de l’urbanisation planifiée à la chinoise. Même venant de Dubai cette vision est impressionnante quand on sait que beaucoup des bâtiments sont déjà terminés, et ainsi la ville sous nos pieds est proche de celle sous nos yeux.

altalt

A la sortie je ne suis pas prête à quitter Shanghai et avec Vincent mon mari et Daphné notre hôtesse, nous abandonnons la troupe pour nous perdre dans les rues de la concession française qui abrite beaucoup de boutiques de créateurs,… je m’achète un blouson orange qui me sera d’un grand secours à Pékin où nous aurons un peu froid … La nuit tombe et on a vite l’impression de déambuler dans des rues très françaises…Nous prenons le métro pour rentrer. Un  diner d’adieu nous attend car demain c’est le train qui nous emmène vers Pékin, pour la suite de notre voyage.

altalt

Pour la visite en sideCar : book@insidersexperience.comHotels 
Mansion hotel pour rester dans l’esprit concession , http://www.chinamansionhotel.com/
West lake hotel : au fond d’un li long, http://new-westlake.hotel.com.tw/eng/
Vol  Emirates

Valerie Amy

Test biographie

Vous aimerez aussi