RSTW : une exposition à ne pas manquer

Le titre est audacieux, pas très vendeur …mais au moins il intrigue ! Derrière cet acronyme se cachent les initiales de 6 grandes figures de l’art américain des années 60 à 80 qui ont, chacun à leur façon, exploré de nouvelles voies et influencé l’art contemporain.

Que l’on soit déjà passionné ou que l’on ait simplement envie d’en savoir plus sur ces emblèmes des mouvements pop art et modern art, l’exposition vaut le déplacement.

Tout d’abord le site est superbe, c’est une ile située juste avant Abu Dhabi quand on arrive par le nord, encore sauvage mais qui affiche de grandes ambitions culturelles (c’est ici que sont prévus le Louvre de Jean Nouvel, le Gughenheim de Ghéry et le théâtre-opéra de Zaha Hadid !) et résidentielles (il faut d’ailleurs aussi en profiter pour visiter l’exposition permanente consacrée à ces projets située à droite en entrant).

Ensuite, le bâtiment lui-même, pas très haut (tout est relatif quand on vient de Dubai !) tout en longueur, très élégant, avec son immense façade recouverte d’un panneau de métal découpé en forme de moucharabiehs qui reflète le soleil couchant avant d’être éclairé en rose fuchsia à la nuit tombée.

Enfin, l’intérieur qui est à la hauteur de la façade, un style très épuré , des volumes immenses, des matériaux sublimes (ne pas manquer le mur de plaques de marbres sur la droite en face du patio) dans des tons blancs et beiges…même les toilettes valent le déplacement !

Et surtout, comme souvent aux émirats, l’accueil est formidable. On vous reçoit avec un sourire, un verre d’eau fraîche à la menthe et au citron vert et l’entrée est gratuite pour accéder à 4 salles aux volumes impressionnants où sont exposées les œuvres.


Toutes les œuvres proviennent de la collection privée de Larry Gagosian, considéré actuellement comme l’un des plus importants marchands d’art contemporain et moderne. Il possède plusieurs galeries dans le monde (New-York, L.A., Londres, Rome, Athènes et Paris depuis sept 2010) et travaille avec les plus importants artistes contemporains.

Une soixantaine d’œuvres sont visibles parmi lesquelles on retrouve les très célèbres Marylin et un Elvis de Warhol (mais aussi ses fleurs fluorescentes moins connues), les sculptures en acier rouillé de Serra, les gribouillages géants de Twombly (personnellement j’adore ses fleurs dégoulinantes : « the rose »), les fleurs plus ou moins gommées de Wool, les collages de Raushenberg… tout ça, on aime ou pas, mais personne ne peut être insensible au moineau géant sur fond bleu roi uni de Ruscha : Superbe !


Quel luxe quand on compare, même sans faire de mauvais esprit, aux conditions dans lesquelles on peut voir des œuvres de qualité équivalente à Paris !

Souvenez-vous des queues interminables dehors (même après avoir pris la peine d’acheter ses billets à prix d’or sur internet) pour accéder au guichet par lequel on vous laisse de mauvaise grâce (pas toujours j’en conviens, mais souvent !) rentrer dans des salles bondées.

Alors à vos covoiturages pour papoter pendant les 120 km que vos ne verrez pas passer et ne pas manquer cet évènement !


En pratique : en venant de Dubaï sortir avant Abu Dhabi à Yas island Saadyat island et suivre les panneaux Manarat al Saadiyat. Du 22 sept 2010 au 24 jan 2011 Pour en savoir plus : www.artsabudhabi.ae

Véronique Talma

Vous aimerez aussi