On y est allé pour vous: SKYFALL, 007 de Sam Mendes. IMAX de Meydan

alt

Unique et exceptionnel, le plus grand écran des Émirats Arabes Unis et d’Asie.
A Nad el Sheba, l’écran de Meydan Imax est aussi grand que la moitié d’un terrain de football.
Assise dans votre siège couleur grenat, vous ne regardez pas un film, vous le dévorez. La première image s’incruste dans votre rétine et s’y accroche…


Assise au quatrième rang, décalée sur la gauche, le nez collé à l’écran, essayant de joindre le point A au point B. Je pensais en ressortir épuisée… Finalement, je n’en perdis pas une seule goutte.

Je fus au cœur des actions et découvris chaque détail physique exacerbé, des cascades explosives aux flammes qui léchèrent presque le visage. Je reçus les coups, je me protégeai des armes à feu, la voix sensuelle d’Adèle m’enveloppa de sa chaleur, le rire machiavélique et sardonique du méchant me fit se dresser les cheveux sur la tête, ou l’œil bleu acier zoomé de 007 ne regarda que moi!… Et tout devint fascination.

alt

Sam Mendes
, son réalisateur, nous projette dans un style Jamesbondien, où les clichés sont orchestrés d’une main de maître façon XXI ème siècle. L’aficionado ne sera pas déçu. Tous les clins d’œil des anciens Bond sont de tradition mais accompagnés de nouveaux visages non moins connus tel que Ralph Fiennes ( « Le patient anglais » de Minghella, « The constant gardener » de Fernando Meirelles), ou Ben Whishaw ( « Le parfum » de Tom Tykwer) ou le tueur fou interprété magistralement par un Javier Bardem saisissant (  » No country for old men « des frères Cohen). Un long plan séquence sur son visage permet d’apprécier son talent d’acteur et de découvrir  la démence du personnage Tiago Rodriguez Silva…

Même si Sam Mendes met Londres à feu et à sang, même s’il  » brûle » Bond dans des situations improbables : de sa mèche de cheveux impeccable, à sa cravate et à son coup de poing légendaire. Tout est savamment dirigé. Sans oublier l’interprétation du terrible méchant par Bardem qui est centrée sur la folie (en blond platine l’acteur hispanique est effrayant), Mendes a réinventé le Bond 2012 . Encore plus d’actions, certes, mais aussi plus de tourments psychologiques.
Bardem-Dench ( magnifique!)-Craig, relation presque de fils à mère. Ils s’aiment, se perdent, se meurent aussi… Mais est-ce pour mieux ressusciter?

alt

A voir Absolument!


La petite histoire….
James Bond est un personnage de fiction créé par le romancier et ancien espion Ian Fleming en 1953 dans le roman, Espions, Faites vos jeux ( Casino Royal ).
Il s’est inspiré d’un agent double serbe nommé Dusco Popov. Son nom de code pendant la seconde guerre mondiale était  » Tricycle ». Est ce bien le nom d’un espion-aventurier?
Merci monsieur Fleming pour votre imagination … Monsieur Mendes, vous lui avez donné corps, au sens propre comme au sens figuré!

alt

Oriane Kuntermann

Test biographie

Vous aimerez aussi