Livre de la semaine: la dernière conquête du Major Pettigrew – Helen Simonson

alt

La dernière conquête du Major Pettigrew – Helen Simonson –Nil Editions (496 pages)


Les best-sellers, je m’en méfie toujours un peu mais ce livre là me tentait vraiment depuis longtemps. Sur le papier, il promettait tout ce pourquoi j’aime la littérature anglaise.

Dans le petit village d’Edgecombe Saint Mary (Sussex), le Major Pettigrew vit seul depuis le décès de sa femme. Entre une tasse de thé et un livre de Kipling, il trompe son ennui en jouant au golf ou en allant à la chasse avec quelques amis. Son fils vit à Londres mais ils ne s’entendent pas, ou plutôt ils ne se comprennent pas vraiment bien. Lorsque le Major apprend la mort de son frère Bertie, il est assez accablé. S’ensuit une guerre avec sa belle-sœur au sujet d’un fusil qui devait lui revenir.

Etonnamment, c’est auprès de l’épicière pakistanaise, veuve également, qu’il trouve un certain réconfort. Aimant les mêmes choses, passionnés de littérature tous les deux, ils se retrouvent le dimanche pour discuter de Kipling autour d’une tasse de thé. Mais cela fait jaser la communauté bien pensante et leurs familles respectives. S’ajoutent à cela les déboires sentimentaux du fils du Major et les principes religieux du neveu de Madame Ali…leur relation est vite contrariée…

Voici un livre qui a tenu toutes ses promesses et qui m’a vraiment plu. On y retrouve effectivement tout ce qui fait la littérature anglaise : ce style unique et cette ambiance toute particulière, le charme de la campagne anglaise, l’humour, l’indispensable tasse de thé, le Club House, les dames patronnesses qui veulent toujours bien faire (l’organisation de la soirée annuelle est absolument jubilatoire) et qui ont un avis sur tout et surtout sur tous (les joies des petites villes), etc..

On retrouve également le conflit de générations et l’incompréhension qu’il engendre. Le problème de communautarisme et les règles que cela impose…

Mais nos deux personnages sont vraiment très attachants. Leur vie est derrière eux et ils aimeraient la terminer sereinement – pourquoi pas avec un peu de tendresse, même si cela parait étrange à tout le monde, voire inconvenant…
Beaucoup de difficultés se glissent entre eux, mais elles les font finalement également réfléchir sur eux même, leurs habitudes, leurs certitudes…Et si finalement on pouvait changer à 70 ans et commencer une nouvelle vie ???

Ce qui m’a plu
: Les personnages, l’ambiance, le style : un ensemble «so british»

Ce qui m’a moins plu : Rien !

Pour retrouver toutes les revues de Val nous vous conseillons son blog: http://valbouquine.wordpress.com/ .

Val Bouquine

Test biographie

Vous aimerez aussi