Les prix littéraires 2010 : Houellebecq et Despentes

Deux écrivains, sulfureux, qui n’ont pas toujours fait l’unanimité de la critique, mais qui ont connu un succès public (vente des livres et adaptation cinématographique) ont remporté respectivement le prix Goncourt et le prix Renaudot : Michel Houellebecq et Virginie Despentes. Prix Renaudot : Virginie Despentes La subversive romancière et réalisatrice Virginie Despentes a été sacrée par le prix Renaudot pour Apocalypse bébé (Grasset), un polar contemporain sur fond de satire sociale. Son livre, Apocalypse bébé, attendu depuis quatre ans, est un thriller décalé, une enquête entre Paris et Barcelone, sur les traces d’une gosse de riches en quête de sens. Après « Baise-moi », « Les chiennes savantes » et « les jolies choses », Virginie Despentes s’est assagie. Ce roman féminin, au style parfois brutal, est un «road-book» où l’héroïne principale croise une galerie de portraits où chacun en prend pour son grade. Prix Goncourt : Michel Houellebecq L’enfant terrible de la littérature, et écrivain français le plus connu à l’étranger, a enfin été récompensé pour son cinquième roman La carte et le territoire (Flammarion). Unanimement salué par la critique, Houellebecq s’est assagi dans son récit, fini les envolées érotiques dégoulinantes. L’auteur éreinte l’amour, l’art, l’argent et les people. Loin du cynisme nihiliste de ses autres œuvres, la solitude et le désespoir  enivrent ce dernier ouvrage. En 1998, il était passé à côté du Goncourt avec « Les particules élémentaires », sept and plus, l’histoire se répète avec « la possibilité d’une île ». Cette année, le territoire reprend ses droits. Retrouvez tous les prix littéraires à Culture & Co – Librairie Française : http://www.culturecodubai.net/litterature.ws

La rédaction

La rédaction, c’est une équipe de passionné(e)s par l’écriture et les « histoires » de Dubai. Retrouvez l’ensemble de l’équipe rédactionnelle actuelle sur la page Qui-sommes-nous.

Vous aimerez aussi