La forêt des Manes de J-C Grangé

A Paris, Jeanne Korowa, brillante juge d’instruction poursuit un tueur cannibale. Trois plantureuses Vénus atrocement dévorées, trois tableaux sanglants entre rituel et folie.

Cette série de meurtres n’a d’intérêt que par l’intrusion de l’auteur dans la vie de son héroïne. Tout comme le meurtrier désosse ses victimes, l’écrivain dissèque et décortique la vie de Jeanne, prisonnière de son quotidien étriqué et d’une vie affective désastreuse. Entre boulot, Prozac et Lexomil, Jeanne se débat pour ne pas sombrer.

Alors, ce tueur effréné, c’est pour Jeanne l’occasion de vivre une aventure qui tout en la menant au Nicaragua, Guatemala et marais argentins, la ramène à considérer le mélimélo de ses pensées. Au terme de sa quête, dans la forêt des Mânes, elle découvre une vérité qu’on aurait préféré ne jamais connaître s’il elle ne permettait la révélation de l’héroïne.

Confrontée à l’abominable, et face à face avec elle-même, elle fait preuve d’un courage qui la surprend comme l’étonne la soudaine découverte du sens de sa vie. Epuisée par la quête sans fin d’une existence qu’elle voulait rendre extraordinaire, elle redécouvre la beauté des petits riens, les simples joies d’une vie ordinaire.
Jean-Christophe Grangé challenge nos pensées consensuelles et nous pousse à remettre en perspective nos jugements sur nous même et notre vie.  

Marie Chatelain

Vous aimerez aussi