Exposition Revealed : Quand Picasso et ses pairs enchantent Dubai !

crédit photo : PABLO PICASSO WITH HIS MODEL SYLVETTE DAVID F.PAGES/PARISMATCH/SCOOP

RENCONTRE avec Olivier Widmaier Picasso, petit fils du maître et curateur de l'exposition Revealed, à découvrir pour la première fois au Moyen-Orient. Au Sofitel JBR jusqu'au 26 décembre.
 
Une exposition qui fait écho à son livre Picasso, portrait intime, sorti en 2013, puisqu'elle ouvre sur six portraits de l’illustre grand père d’Olivier Widmaier Picasso, producteur, conseiller audiovisuel et auteur de cette autobiographie familiale éponyme. On y voit Pablo Picasso accompagné de sa dernière compagne, Jacqueline Roque, son modèle pour des centaines de portraits, de dessins et d’études, entourés de leurs dalmatiens, rappelant que “ses innombrables enfants et animaux de compagnie étaient toujours bienvenus dans sa luxueuse villa”. On découvre le maître déambulant comme un simple badaud dans le port de Saint-Tropez, ou torse nu dans son atelier de la villa Californie, exécutant quelques pas de danse devant son œuvre Baigneurs à la Garoupe, ou encore dévorant la sole la plus célèbre de toute l’histoire de l’art, immortalisée par l’œil acéré de David Douglas Duncan.
 
Tous les clichés ont été d’une façon ou autre publiés par Paris Match, partenaire de l’aventure avec le groupe Sofitel. “Je n’ai pas l’habitude de monter des expositions hors musée ou galerie. Ainsi lorsque le Sofitel m’a approché, j’ai imaginé une relation entre une exposition et un hôtel, un lieu où l’on est à la fois chez soi et hors de chez soi. Pour un artiste, chez soi, c’est son atelier. Paris Match avait, justement, des photos d’ateliers d’artistes : 1000 en tout, dont 130 de mon grand-père,” explique Olivier Widmaer Picasso.

Picasso

crédit photo : CANNES FESTIVAL 1956 J.GAROFALO/M.SIMON/PARISMATCH/SCOOP

Trois paramètres sont dès lors venus resserrer la sélection de l'exposition : premièrement, il fallait que les artistes soient très connus, deuxièmement une variété d’ateliers et enfin qu’ils soient issus de l’art moderne et de l’art contemporain. Ainsi, depuis la première exposition en juin 2014 au Sofitel de New York, une trentaine de clichés sont dévoilés au public qui a une chance unique de découvrir ces monstres de la peinture en action dans le confort de leur environnement : qu’ils en jouent, à l’aise, timides ou, parfois, un peu dérangés dans leur routine. Courez-y car une fois l’exposition terminée, ces clichés seront détruits pour cause de droits d'auteurs.
 
On peut, par exemple, y admirer René Magritte, en complet veston, s’attelant invariablement sur les coups de 8h tapante à son chevalet sans qu’aucune goutte de peinture jamais ne vienne éclabousser son tapis ; Joan Miro sous le regard de son gigantesque soleil de palmes tressées, assis à côté de ses pinceaux impeccablement alignés comme pour les ensorceler ; Salvador Dali ayant pour modèle un rhinocéros grandeur nature ; un magnifique portrait de Pierre Soulages, géant de taille et de peinture, en jeu d’ombres et de lumières ; Jeff Koons ou Henri Matisse, au seuil, de la mort, cloué au lit, continuant à graver sur les murs de sa chambre.

Joan Miro
crédit photo : JOAN MIRO IN MAJORCA Tony SAULNIER/PARISMATCH/SCOOP

Dali
crédit photo : SALVADOR DALI PREPARES THE STAGING FOR VENUS Tony SAULNIER/PARISMATCH/SCOOP

Chagall
crédit photo : MARC CHAGALL PAINTS THE CEILING OF THE OPERA GARNIER IZIS/PARISMATCH/SCOOP

 
Tant il est vrai que chez Olivier, enfant, les photos de famille étaient souvent des portraits peints par son grand-père, le consultant en droit de la famille n’en continue pas moins de découvrir encore des anecdotes qu’il ne connaissait pas. “J’ai eu une overdose de Picasso donc c’est intéressant de voir des artistes différents et comment ils travaillaient ”. Dans la famille Picasso fort compliquée – l’artiste ayant eu une épouse légitime Olga Khokhlova puis de nombreuses compagnes et plusieurs enfants -, Oliver est le fils de Maya que le maître avait eu avec Marie-Thérèse Walter, la deuxième femme de sa vie, et que l’on voit représentée dans ses tableaux entre 1935 et 1944 dont la célèbre Maya et la poupée.
Depuis 1989, les enfants de Pablo Picasso – Marina, Bernard, Maya, Claude et Paloma – sont en indivision dans la Picasso Administration. Tandis que Claude en est l’expert et le gérant, Olivier s’est employé à proposer son expertise juridique afin de protéger les œuvres de son grand-père et à faire de son nom une marque déposée. « Il y avait près de 700 marques déposées et autant d’objets hétéroclites comme des ventilateurs estampillés Picasso, de par le monde » explique le consultant. 

En 2013, Oivier Widmaier Picasso décide en outre de mettre à profit sa place de témoin atypique au service d’un document exceptionnel et intime, répondant sans réserve aux légendes que Pablo Picasso a nourries malgré lui. “J’ai exploré beaucoup d’archives et de documents juridiques liés aux procès que mon grand-père a eu toute sa vie et démonté ainsi certains phantasmes, ” explique l’auteur. Sans nier la souffrance occasionnée autour de son illustre aïeul, Olivier Widmaier Picasso réhabilite ainsi l’homme derrière le génie. Sa façon à lui, sans doute, de gérer un aussi écrasant héritage. “ Porter un tel nom donne sans conteste des avantages, mais signifie aussi des obligations. En tous cas 10% de ma vie est dominée par ce grand-père. Je ne peux pas faire n’importe quoi, ” confie celui qui a sciemment choisi d’exercer son droit à porter son nom dès que la loi lui en a donné le droit.

A lire : Picasso, portrait intime, Olivier Widmaier Picasso, Albin Michel, 2013.

Dates : du 27 octobre au 26 décembre 2016
Lieu : Sofitel JBR, restaurant Plantation – 3ème étage
Entrée libre.
Plus d'information sur la page Facebook du Sofitel JBR

 
N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter pour recevoir toute nos actus !
 
       Petites annonces

 
 

Kyra Dupont Troubetzko

Test biographie

Vous aimerez aussi