Un homme, le coaching

Les hommes nous livrent leur passion et les adresses qui leurs sont chères… Le coaching vu par Justin, ancien chanteur retiré de la finance et de l’événementiel… Certaines rencontres sont si naturelles que les heures passent et qu’on en oublie de partir. Justin est ouvert, gai, chaleureux et la discussion est harmonieuse, fluide, directe, le dialogue s’installe facilement. Même quand il parle de lui et de son approche du coaching, Justin reste à l’écoute. Comme il le dit, « Quand on est sur la mauvaise voie (notamment professionnelle), on n’y trouve que des embûches ». Avant de trouver « sa voie » dans le coaching, Justin a exercé plusieurs métiers car à chaque fois qu’il s’engageait dans  un nouveau poste, il se retrouvait quelques mois plus tard, par des circonstances malencontreuses, sur le marché du travail. Il a commencé à travailler dans le monde de la finance « par accident », pour se « nourrir » alors qu’il montait un groupe de « Heavy metal » en Angleterre ; la vie londonienne étant chère et la musique ne rapportant que très peu malgré plusieurs albums. Il exerce dans ce milieu à Londres puis à Bruxelles où il est obligé de partir. A son insu, sa femme distribue son CV aux Emirats Arabes Unis. Il y accepte un poste dans une société d’avocats et décide de s’établir à Dubaï, où il y vit depuis 6 ans. Quelques mois après son arrivée, la société dans laquelle il est embauché, connait des déboires, il s’oriente alors vers l’événementiel. Après avoir fait le tour du monde grâce à ce poste en relation directe avec DIFC, la crise de 2009 l’oblige à chercher ailleurs. Il persiste dans ce milieu de l’événementiel mais, de nouveau, la société fait face à des problèmes financiers. Il se rend compte alors qu’il a perdu toute confiance en lui et qu’il est à chaque fois plus intéressé par les autres membres de son équipe, par leur parcours, leur vie que son travail en lui-même. Quand il en prend conscience, il prend le temps de réfléchir à ce qui le rendrait « heureux ». Après un jeu de circonstances heureuses, cette fois-ci, faites de discussions et de rencontres, poussée par une amie, il se retrouve inscrit, la veille pour le lendemain, à une formation organisée par « CTI International » (the Coaches Training Institute) ; centre de formation de coaches. Le premier jour de formation, Justin ne rentre pas convaincu chez lui. Sur la défensive, il recherche tous les indices qui pourraient lui faire penser qu’il s’est inscrit dans une secte. En revanche, dès le deuxième jour, grâce à la formatrice leader du workshop, Mrs La, qui transmet avec énergie et enthousiasme sa passion, Justin rentre chez lui et informe sa femme que « c’est ça qu’il veut faire ». Justin ira donc au bout de la formation qui s’organise autour de 5 modules de 3 jours chacun, les jeudi, vendredi et samedi de 9 heures du matin à 6 heures du soir. L’intérêt de cette formation réside en la transmission d’outils mais surtout en la mise en œuvre continuelle de ces outils grâce à des exercices au sein du groupe des participants. Ainsi, on y apprend concrètement à coacher mais aussi à être coaché. Ce qui est important au cours de cette formation n’est pas tant la transmission d’outils de coaching que ce qui se passe à l’extérieur et qui permet à chaque futur coach de faire « son chemin ». Un diplôme est remis à la fin des 5 modules mais il faut passer la « Certification » pour être accrédité par l’institut de coaching international et ce, après avoir exercé un certain nombre d’heures. Les participants, au nombre de 15 maximum, sont issus de toutes nationalités et d’horizons divers : salariés voulant utiliser le coaching dans leur société, anciens salariés voulant changer de carrière professionnelle, parents intéressés pour l’éducation de leurs enfants… Un noyau de participants se retrouve à chaque session et Justin continue de les voir tous les mois. Justin, conformément à ce que les enseignants lui recommandent, se lance avant la fin de la formation. Cependant, mal à l’aise avec une application stricte des méthodes acquises, il prend du temps pour les assimiler et les aménager selon sa personnalité. Il se sent plus « rock’n roll », que ce qui lui a été enseigné, par sa manière d’entraîner une discussion directe et franche essentiellement en anglais mais également en français. En effet, Justin, américain par sa mère, belge par son père, né à Londres et ayant beaucoup voyagé parle aussi bien anglais que français. Il raconte que le coaching est important à Dubaï car dans un pays d’expatriés, loin de ses amis habituels et de sa famille, il offre la possibilité d’avoir des discussions franches, ouvertes et régulières, discussions qui le plus souvent permettent à chacun  de structurer les problèmes, de les poser, de les assimiler et donc de les solutionner. Justin explique que le coaching n’est pas réservé à une seule catégorie de personnes mais à tous ceux qui n’arrivent pas à trouver un équilibre pour être heureux, tout simplement… Ce peut être des hommes d’affaires brillants qui ont raté leur vie familiale, des femmes qui ne se sentent pas en confiance dans le monde professionnel, ou l’inverse (!), des étudiants qui n’arrivent pas à terminer leurs études, etc … des Anglais, des Français, des Emiratis ou toute autre nationalité. La question qui se pose alors est : Où placer la limite entre le coaching et un suivi plus médical avec un psychologue ou un psychiatre ? Justin affirme que chaque coach doit être à même de connaître ses limites. Il fait le parallèle avec  le monde policier : le coach est au « flic de quartier » ce qu’une psychanalyse est à « la brigade d’intervention criminelle ». Depuis qu’il s’est lancé dans le coaching et a trouvé sa voie, Justin a retrouvé son « Mojo » et a repris la scène, non plus en tant que chanteur mais en tant qu’acteur. Il a même tourné une scène avec Tom Cuise pour « Mission Impossible IV » et a été re-contacté pour un autre film. Quand on est « heureux », plus rien n’est impossible… Il faut savoir aussi que Justin propose du « Language Coaching » en anglais ou en français. Il  s’agit de créer une atmosphère pour être à l’aise en anglais (ou en français) et améliorer la confiance en soi dans la pratique d’une langue étrangère. Alors, n’hésitez plus ! Informations pratiques supplémentaires : CTI UAE Headquarters Coaches Training Institute -
Office F04, Block 12
Knowledge Village -
Dubai Phone: +971 4-4376484 Fax: +971 4-4376483 http://www.thecoachesdubai.com/ Justin de Casterlé – Co-Active Coach est joignable : Par mail : justindecasterle@hotmail.com Par téléphone : +971 (0)56 6500401 Site Internet : www.justindecasterle.skyrock.com Les bons plans de Justin pour faire plaisir à sa femme : •    Voir leurs amis chez eux… •    …Mais aussi le restaurant « Bussola » du Westin pour sa terrasse en hauteur, sa vue et surtout la finesse de ses plats pour un bon prix •    Petra en Jordanie

Dorothée Kahn

Vous aimerez aussi