Paroles de Femmes : Saher Shaikh

Elle est dévouée, elle est courageuse. Cette fois-ci nous vous présentons Saher Shaikh. Son nom ne vous dit peut-être rien mais cette mi-afghane mi-pakistanaise a réussi, en moins de deux ans, la où personne jusque là n’avait eu le cran d’aller. Saher a créé un buzz énorme, celui du moment, quand elle a décidé d’envoyer valdinguer son temps libre pour aller dans les camps d’ouvriers leur distribuer des produits qui leur manquent tant, à savoir ceux de première nécessité. A ce jour, son initiative qu’elle a noblement baptisé Adopt-a-Camp, compte des centaines de bénévoles, que ce soit des individus tels que vous et moi jusqu’à des sociétés qui prêtent leur camion pour véhiculer les cartons. Cette femme est la preuve vivante que tous, en mettant la main a la pâte à notre façon, nous pouvons réellement faire quelque chose pour que la vie en société s’améliore pour certains et soit plus agréable encore pour d’autres. Rencontre avec une femme exceptionnelle pour qui don de soi et dévotion sont le simple fait de vivre. Quelle est la qualité que vous préférez ? La gentillesse. Qu’appréciez vous le plus chez vos amis ? La sincérité. De quelle manière Adopt-a-Camp a été créé ? Je travaille auprès des ouvriers, dans les camps d’ouvriers, depuis quatre ans maintenant. Tout ça a commencé par une envie que je voulais leur apprendre à améliorer leur vie quotidienne de manière durable au lieu de se contenter de leur donner quelques trucs. Donc j’ai en quelque sorte  » adopté  » les camps dans lesquels j’allais fréquemment et nous avons créé des ateliers d’hygiène, pour qu’ils se débarrassent notamment des insectes en tout genre qui trainent sur leurs lits, et partout ailleurs dans les camps. Je leur ai enseigné l’anglais pour qu’ils apprennent autre chose pendant leur séjour ici. L’idée n’est pas seulement de leur donner  » du poisson  » c’est aussi de leur apprendre à  » pêcher ce poisson « . Beaucoup de gens ont souhaité aider et venir près de moi. Je leur ai dit que j’avais déjà pris mes marques dans  » mes  » camps et qu’à leur tour ils pouvaient  » adopter  » d’autres camps et voir ce qu’ils pouvaient y faire pour y adoucir la vie de ces hommes. Pourquoi avez-vous décidé de dévouer votre temps aux autres ? C’est la façon dont mes parents m’ont élevé et à laquelle je souhaite aussi élever mes enfants. Qu’est-ce que ça symbolise pour vous ? Que l’humanité est une seule et grande famille. A quand la prochaine intervention et où ? Le travail de fond se fait toute l’année. Ceux qui le souhaitent sont invités à participer aux Volunteers Days auxquels tous les résidents de Dubai et d’ailleurs peuvent venir ensemble pour assembler les colis de première nécessité pour les ouvriers. Ensuite ceux qui le souhaitent peuvent m’accompagner pour aller distribuer les colis dans les camps. La prochaine opération est le vendredi 19 février au Shelter d’Al Quoz. Quelle est la fréquence de ces Volunteers Days ? Ça existe depuis deux ans. A ce jour nous avons réussi à envoyer plus de 6000 colis. Nous allons continuer tant que nous en avons la force. Y a-t-il une adresse internet à laquelle on puisse vous contacter ? Vous pouvez me contacter à adoptacamp@gmail.com. Concrètement est-ce-possible de participer et comment ? Il y a tant de façons dont les gens peuvent aider. Faire des dons tels que brosses à dents et shampoing anti-poux sont les produits dont nous avons le plus besoin. Faire un don financier. Vous pouvez aider Volunteers Days en venant assembler les colis. Dernière chose, et non des moindres, joignez-nous à vos prières pour que le Volunteers Day du 19 février se déroule tranquillement et que nous apportions du bonheur autour de nous. Que serait le conseil que vous auriez à donner dans la vie ? D’être reconnaissant pour ce que nous avons et de comprendre que la seule raison pour laquelle nous avons tout ça c’est que nous pouvons donner en retour. C’est ça le secret du bonheur. Si vous vous n’étiez pas vous, qui ou que seriez vous ? Si je n’avais pas ma famille proche et lointaine à considérer, je m’occuperai d’un orphelinat et d’un refuge pour animaux dans le Nord du Pakistan. Quelle est votre couleur préférée ? Le bleu nuit. Qu’haïssez-vous le plus ? Les pédophiles. Quel est le don naturel que vous aimeriez avoir ? Le tact!! Quel est votre état d’esprit présent ? Speeder à fond pour organiser le Volunteers Day. Quel est votre dicton préféré ? C’est un poème souvent attribué à Apollinaire: « Come to the edge, he said. We can’t, we are afraid. Come to the edge, he said. We can’t, we will fall. Come to the edge, he said. And they came. And he pushed them. And they flew. » Quel est le bruit que vous aimez ? Il y en a tant. Les enfants qui rient. Le chat qui ronronne. Il y en a tant que je ne peux pas les lister. Qu’aimeriez-vous que Dieu vous dise quand vous allez mourir ? Expliquer pourquoi Il a mis autant de cruauté et de tristesse sur Terre. Je n’arrive pas à comprendre. Je sais bien qu’il n’y a pas de jour sans nuit mais ça me déchire toujours le cœur. Que pensez-vous des Français ? Ils sont subtils, complexes et délicieux tout comme leur cuisine. Avez-vous été en France et si oui dans quel endroit ? Je suis allé à Paris et j’ai visité le Sud de la France en voiture avec des amis. Avez-vous aimé ? J’ai adoré !! Que pensez-vous de la vie à Dubai ? Ça dépend de ce que vous en faites. Ça peut être très superficiel comme ça peut être intéressant. Que pensez-vous de Dubai ? C’est une ville courageuse et vibrante. Quel est votre endroit préféré a Dubai ? A la maison auprès des miens. De quel pays êtes-vous ? Je suis mi-Afghane mi-Pakistanaise.

Scottishbaklava

Vous aimerez aussi